[2023-2020] FOR-VIE / « Formes urbaines et vieillissement, inclusion et durabilité dans la métropole d’Aix-Marseille-Provence »

Porteurs du projet :
Joan Perez et Sébastien Bridier

FOR-VIE [2020-2023]

Contrat Collectivités territoriales
Co-contractant Région PACA

Contrats de recherche financés

Formes urbaines et vieillissement, inclusion et durabilité dans la métropole d’Aix-Marseille-Provence

Programme de recherche « Urban forms and aging, inclusion and sustainability in the Aix-Marseille metropolitan area » porté par Joan Perez (Post-doctorant, CNRS, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE) et Sébastien Bridier (Maître de conférences, Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE) 

Objectifs du projet


La population urbaine de la Région Sud vieillit. Dans la Métropole d’Aix-Marseille, la part des +65 ans est ainsi passée de 14.3% en 1990 à 19.6% en 2016 (INSEE). Le vieillissement tendanciel de la population européenne ne pourra que renforcer cette tendance, rapprochant nos pays à des situations déjà connues ailleurs, comme par exemple au Japon. Or, l’essentiel de nos villes, des quartiers d’immeubles collectifs des trente glorieuses, aux vastes espaces pavillonnaires périurbains des dernières décennies, jusqu’aux grandes opérations urbaines a été conçu pour une population de jeunes ménages. Si, d’une part, les aires métropolitaines de la région Sud, et celle d’Aix-Marseille en premier chef, offrent une grande hétérogénéité de formes urbaine, de l’autre, il se pose la question de leur capacité à prendre en compte les besoins et les spécificités d’une population vieillissante, tout en assurant une mixité générationnelle essentielle au vivre ensemble métropolitain.

Le futur urbain se doit d’être durable dans sa forme tout en répondant aux nombreux enjeux sociétaux de notre ère. Au sein de ces nouveaux enjeux, la place de l’accueil d’une population vieillissante figure au premier plan. L’objectif principal de ce projet de recherche est de comprendre et de quantifier le lien entre le rôle des morphologies (attractives ou répulsives) et le vieillissement démographique de sous-populations. Tout comme il a été démontré que certaines formes sont plus ou moins propices à la gentrification, on peut par exemple émettre l’hypothèse que certaines formes ou certaines caractéristiques endogènes de l’espace urbain (urbanisme axé sur la nature, micro-climatologie urbaine, etc.) sont susceptibles d’influencer le changement de lieu de résidence d’un foyer à des échelles spatiales fines, dans la mesure où elles filtrent des populations ayant des projets de vie différents. Existe-il un seuil de vieillissement à partir duquel un ménage est susceptible d’envisager sa relocalisation spatiale ? Quels sont les facteurs de formes, de fonctions et de services susceptibles d’influencer les localisations futures ? L’objectif du projet FOR-VIE est de proposer de nouvelles métriques prenant en compte les spécificités de la métropole d’Aix-Marseille pour évaluer et quantifier la viabilité et la résilience des espaces urbains dans leurs transversalités avec les grands enjeux environnementaux et sociétaux de notre ère.

English

The urban population of Southern France is aging. In the Aix-Marseille metropolitan area, the proportion of people over 65 has increased from 14.3% in 1990 to 19.6% in 2016 (INSEE). The global trend of aging in Europe can only reinforce this tendency, bringing our countries closer to situations already known elsewhere, such as in Japan. However, most of the French cities, from the apartment blocks of ‘The Glorious Thirty’, to the vast suburban residential areas, have been designed for a population of young households. On the one hand, the metropolitan area of Aix-Marseille offers a great heterogeneity of urban forms. Yet, on the other hand, the question arises of the capacity of urban fabrics to suit the needs and specificities of an aging population, while ensuring a successful generational mix.

The future of metropolitan areas must be sustainable in its form while responding to the many societal challenges of our era. Among these new challenges, maintaining and improving the quality of life of an aging population has become more important than ever. The main objective of this research project is to understand and quantify the link between the role of different urban morphologies (attractive or repellent) and the demographic aging of sub-populations. It has been shown that certain urban forms are more or less favorable to gentrification. In the same vein, we hypothesize that certain forms or certain endogenous characteristics of urban space (nature in urban spaces, urban micro-climatology, etc.) are likely to influence residential mobility, as urban forms can filter populations having different life plans or lifestyles. Is there an aging threshold from which a household is likely to consider a spatial relocation? What are the form factors, functions, and services likely to influence future locations? The aim of the “FOR-VIE” project is to propose new metrics considering the specificities of the Aix-Marseille metropolitan area to assess and quantify the viability and resilience of urban spaces, in connection with the main environmental and societal challenges of our era.

Productions


  • Publications

Perez, J., Fusco, G., Araldi, A., and Fuse, T. (2019) “Identifying building typologies and their spatial patterns in the metropolitan areas of Marseille and Osaka”, Asia-Pacific Journal of Regional Science, Special Issue: Spatial Analysis and Modeling, 4, pp 193–217. https://link.springer.com/article/10.1007/s41685-019-00127-6

Bridier, S. (2017) Analyse morphologique d’une ville méditerranéenne à partir des bases de données urbaines (BDU) et des outils SIG pour préparer la cartographie et la mesure des températures en période d’îlot de chaleur urbain (ICU). LPED, Variabilité, changement climatique et conséquences en Méditerranée, pp. 123-137

Équipe scientifique

Porteurs du projet


Joan PEREZ
Sébastien BRIDIER

Participants UMR ESPACE


Alessandro ARALDI
Fabrice DECOUPIGNY
Giovanni FUSCO
Vincent LAPERRIERE
Marie-Laure TREMELO

Partenaires extérieurs


Hiroyuki USUI (Assistant professor, The University of Tokyo)

[2023] DifJcov / « Diffusion of COVID-19 in Japan »

Porteurs du projet :
Giovanni Fusco et Guillaume Ladmiral (UMIFRE19 – MEAE-CNRS)

DifJcov [2023]

Contrat Financement public
Co-contractant Université de Côte d’Azur

Contrats de recherche financés

DifJcov – Diffusion of COVID-19 in Japan

Programme de recherche porté par Giovanni Fusco (Directeur de recherche, CNRS, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


La pandémie de COVID-19 a constitué un choc exogène aux effets multidimensionnels. L’étude de la crise sanitaire de 2020-2021 et de ses effets sociaux, économiques, politiques et géopolitiques relève de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. L’intrication des processus requiert la transdisciplinarité tant dans l’élaboration des problématiques et des questions de recherche que dans les méthodes d’analyse. Ce projet réunit la géographie, la sociologie-politique de la santé et les méthodes de modélisation utilisées dans ces disciplines (régression bayésienne multi-niveaux et analyse de réseaux d’une part, géomatique, analyse spatiale, fouille de données et apprentissage automatique d’autre part). Ce projet associe l’UMR ESPACE-CNRS et l’Université Côte-d’Azur, l’Institut français de recherche sur le Japon-UMIFRE-19 (Tokyo) et l’Université de Kyoto.

La recherche se donne trois objectifs scientifiques :

1- Distinguer la part des facteurs socio-économiques et spatiaux qui jouent un rôle lors de la propagation de l’épidémie de COVID-19 au Japon au cours des cinq premières « vagues » épidémiques survenues entre janvier 2020 et novembre 2021.

2- Caractériser des trajectoires épidémiques au cours de ces cinq « vagues » et construire une typologie des profils socio-spatiaux de courbes épidémiologiques.

3- Analyser la territorialisation des activités socio-économiques du Japon contemporain en usant des données épidémiologiques comme d’un révélateur des relations fonctionnelles.

Méthodologie


Le projet utilise deux protocoles méthodologiques complémentaires :

  • pour caractériser des profils spatio-temporels et des trajectoires épidémiologiques durant les premières vagues de contamination au Japon
  • pour améliorer les modélisations par régression multi-niveaux et produire une nouvelle visualisation des processus étudiés (en appréhendant les corrélations spatiales dans l’espace physique réel mais aussi dans l’espace relationnel des mobilités)

Il s’agit pour le laboratoire ESPACE d’analyser la dimension spatiale des phénomènes étudiés à l’aide de ce jeu de données et depuis plusieurs protocoles écrits sur la plateforme de traitement open-source R.
DIFJCOV s’appuie sur le développement de protocoles d’analyse innovants, par hybridation des méthodes paramétriques de l’économétrie et des méthodes non-paramétriques de classification de l’analyse spatiale. Ce type d’analyse n’a jamais réalisé pour expliquer la propagation d’un nouveau pathogène.

Site internet présentant le projet


https://univ-cotedazur.fr/recherche-innovation/structures-de-recherche/academies-dexcellence/academie-dexcellence-homme-idees-et-milieux/projets-de-recherche/projets-2020-2024/diffusion-of-covid-19-in-japan-difjcov

Équipe scientifique

Porteur du projet


Giovanni FUSCO
Guillaume LADMIRAL (UMIFRE19 – MEAE-CNRS)

Participants UMR ESPACE


Giovanni FUSCO
Sandra PEREZ
Joan PEREZ (post-doc UCA)

Partenaires extérieurs


équipe UMIFRE Université de Kyoto
Guillaume LADMIRAL (UMIFRE-19, Université de Kyoto)
Jean-Pascal BASSINO (ENS-Lyon)
Miyuki TAMURA (International Research Center for Japanese Studies – Kyoto)
Keniichi SHUNTO (International Research Center for Japanese Studies – Kyoto)