[2021-2018] INVEST / « INVEStissement public local et Systèmes Territoriaux : développement durable, collectivités locales et soutenabilité financière »

Porteur du projet :
Ludovic Halbert

INVEST [2018-2023]

ContratContrat national
Co-contractantANR

Contrats de recherche financés

INVEST : INVEStissement public local et Systèmes Territoriaux : développement durable, collectivités locales et soutenabilité financière

Programme de recherche porté par Ludovic Halbert (Chargé de recherche CNRS, LATTS)

Objectifs du projet


InveST analyse la mise en œuvre de l’injonction au développement durable dans l’action publique territoriale dans un contexte de renforcement de la rigueur financière. Deux hypothèses seront examinées. La première énonce que les rationalités, instruments et pratiques associés à la rigueur financière pèsent sur la sélection des priorités et le contenu de l’action publique territoriale en matière de durabilité ; et la seconde que l’action publique territoriale sous contrainte financière contribue à l’accentuation des disparités socio-spatiales entre et au sein des territoires. Le projet testera ces hypothèses dans la perspective de dépasser le verrou scientifique constitué par l’insuffisante prise en compte par la littérature des contraintes et opportunités politico-économiques dans lesquelles s’inscrivent les politiques de durabilité des systèmes territoriaux. Les travaux en sciences sociales portant sur le rôle des collectivités locales dans les politiques de durabilité et ceux envisageant les conséquences de la rigueur financière sur l’action publique territoriale restent en effet largement cloisonnés, empêchant d’analyser les articulations entre durabilité et rigueur financière. Pour lever ce verrou, nous porterons l’attention sur les pratiques financières et les relations de pouvoir traversant les processus de mise en durabilité. Cela nous permettra de qualifier le rôle de la rigueur dans la transformation des agendas politiques, des objectifs et des conditions de production de l’action publique de la durabilité. L’une des originalités du projet consistera à prendre en compte la diversité des configurations territoriales et des spécificités des différents domaines d’action publique étudiés.

Productions


Équipe scientifique

Porteur du projet


Ludovic HALBERT

Participants UMR ESPACE


Guilhem BOULAY

Partenaires extérieurs


Univ. Marne-la-Vallée / Univ. Créteil, Ecole des Mines/ISIGE, Avignon Université, Univ. Perpignan, AMU, CNRS
UMR LATTS, EA Lab’urbanisme, UMR ESPACE, UMR TELEMME, UR CDED

 

 

[2020-2017] DURB / « La dépendance à l’urbanisation des territoires littoraux : existe-t-il des alternatives au tout résidentiel ? »

Porteur du projet :
Guilhem Boulay

DURB [2017-2020]

ContratContrats avec associations caritatives ou Fondations
Co-contractantFondation de France

Contrats de recherche financés

DURB – La dépendance à l’urbanisation des territoires littoraux : existe-t-il des alternatives au tout résidentiel ?

Programme de recherche porté par Guilhem Boulay (Maître de conférences, Avignon Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Depuis une cinquantaine d’années, les littoraux ont privilégié la croissance du secteur touristico-résidentiel, qui s’est accompagnée d’un niveau et d’un rythme d’urbanisation très importants. Ce hénomène est à l’origine d’un développement économique assis sur de nouvelles ressources : l’économie résidentielle et l’urbanisation ont pris le pas sur l’économie productive et agricole longtemps dominante sur les littoraux. Ce phénomène constitue un enjeu d’aménagement dans la mesure où il accroît la dépendance des littoraux à l’urbanisation, et donc leur vulnérabilité économique et environnementale. Le projet DURB souhaitait proposer un regard alternatif sur ce processus d’artificialisation en intégrant l’analyse des circuits économiques locaux et des politiques foncières d’aménagement. Sur les littoraux, l’urbanisation devient en effet une ressource économique centrale exploitée par un système convergent d’intérêts individuels et collectifs, privés et publics, qui contribue au processus accéléré d’artificialisation (secteur du BTP, distribution de rente foncière aux ménages, ressources fiscales des collectivités, gisements d’emplois peu qualifiés, etc.). L’objectif du projet était de comprendre comment ces phénomènes dits de résidentialisation tendent à s’imposer et forment un modèle de développement exclusif et excluant. Un premier axe de recherche a consisté à produire un diagnostic de la structure des ressources économiques des territoires littoraux, en en proposant une approche élargie. Sont en effet pris en compte les emplois et les activités ainsi que les ressources financières tirées de l’urbanisation. De ce point de vue, DURB a mis en évidence le degré de spécialisation de l’économie des façades littorales et les ressources fiscales importantes qu’en tirent les collectivités locales. Ce nouveau cadre d’analyse de la résidentialisation de l’économie au sein des espaces littoraux enrichit les approches classiques par l’artificialisation des sols. Face à la vulnérabilité de ce modèle économique, le second axe de recherche entendait participer à l’élaboration de scénarios de développement plus durables. L’objectif était double : évaluer la possibilité pour les acteurs du territoire de concevoir des futurs alternatifs au développement résidentiel (donc de mesurer en creux le niveau de dépendance au modèle actuel) et évaluer les conditions de leur mise en œuvre. Le dispositif de concertation ALTERé a ainsi été conçu pour répondre à ces objectifs : il mobilise les méthodes de la prospective et du jeu sérieux et neutralise le paramètre de rente immobilière, surdéterminant dans le processus de développement de ces territoires ainsi que dans les représentations des acteurs. Dans des ateliers de concertation à visée prospective, les acteurs locaux des systèmes

fonciers ont alors travaillé à proposer des scénarios de valorisation du foncier par l’agriculture et à identifier les leviers et les verrous à leur mise en œuvre sur les littoraux.

Productions


  • Publications

Laure Casanova Enault, Tatiana Popoff, Marta Debolini. Vacant lands on French Mediterranean coastlines: Inventory, agricultural opportunities, and prospective scenarios. Land Use Policy, 2021, 100, pp.104914. ⟨10.1016/j.landusepol.2020.104914⟩. ⟨hal-02937720⟩

Laure Casanova Enault, Marta Debolini, Tatiana Popoff, Emilie Roxane de Flore. Jouer un scénario d’aménagement foncier : analyse des pratiques d’aménagement et recherche d’alternatives au développement résidentiel. NETCOM : Réseaux, communication et territoires / Networks and Communications Studies, 2020, Perspectives numériques sur les jeux sérieux : aménager l’urbain, Carine Henriot et Nathalie Molines, Guest Eds., 34 (1-2). ⟨hal-02863982⟩

Antoine Grandclément. La diversité des formes de développement résidentiel sur les littoraux français : essai de typologie. Espace Géographique, 2020, 49 (3), pp.233-249. ⟨halshs-03322252⟩

Équipe scientifique

Porteur du projet


Guilhem BOULAY

Participants UMR ESPACE


Guilhem BOULAY
Laure CASANOVA ENAULT
Mathieu COULON
Didier JOSSELIN
Lauriane THOMAS

Participants extérieurs


UMR 7303 TELEMMe
Antoine GRANDCLEMENT

INRA, UMR 1114 EMMAH
M. DEBOLINI

Université de La Rochelle
INRA AgroParisTech
LIA
INRA Avginon