[2023] URBANOR / « Urban Operations Research »

Porteurs du projet :
Cyrille Genre-Grandpierre et Serigne Gueye

URBANOR [2023]

ContratAutres financements publics
Co-contractantFR Agorantic
Avignon Université

Contrats de recherche financés

URBANOR – Urban Operations Research

Programme de recherche porté par Cyrille Genre-Grandpierre (Professeur, Avignon Université, UMR 7300 ESPACE) et Serigne Gueye (Maître de conférences HDR, Avignon Université, Laboratoire Informatique d’Avignon)

Objectifs du projet


Pour tendre vers des villes plus durables, l’aménagement prône aujourd’hui un retour à la proximité entre les lieux de vie du quotidien, vue comme un moyen de sortir de la dépendance automobile (cf. le concept en vogue de « ville du quart d’heure »). Repartant du logiciel d’optimisation Optidens développé par l’équipe du projet en 2016 ( Genre-Grandpierre C. et al., 2020) et qui permet de simuler des formes urbaines répondant à un jeu de contraintes en termes d’accessibilité, de densité, de compacité et de vitesse des déplacements, ce projet vise à son amélioration pour le rendre plus opérationnel en intégrant de nouvelles contraintes portant sur les formes urbaines obtenues. L’objectif est d’avoir un outil de test des conditions de possibilités de concepts comme la ville du ¼ d’heure, dont de nombreuses villes s’inspirent. Il s’agira notamment de rendre les formes urbaines obtenues par Optidens plus contiguës pour préserver la biodiversité et limiter le coût des réseaux techniques.

Genre-Grandpierre, C., Melnikava, A., Gueye, S., & Michelon, P. (2021). OPTIDENS: An optimization model to explore the conditions of possibility of slow but accessible urban areas. Environment and Planning B: Urban Analytics and City Science, 48(4), 912–928. https://doi.org/10.1177/2399808320913034

Productions


 

Équipe scientifique

Porteur du projet


Cyrille GENRE-GRANDPIERRE
Serigne GUEYE

Participants UMR ESPACE


Cyrille GENRE-GRANDPIERRE

Partenaires extérieurs


Laboratoire Informatique d’Avignon (LIA)
Serigne GUEYE (Avignon Université)

 

[2022] Geodyn / « Modèles de représentation de flux géographiques dynamiques complexes »

Porteurs du projet :
Didier Josselin et Mathilde Vernet

Geodyn [2022]

ContratAutres financements publics
Co-contractantFR Agorantic
Avignon Université

Contrats de recherche financés

Geodyn – Modèles de représentation de flux géographiques dynamiques complexes

Programme de recherche porté par Didier Josselin (Directeur de recherche CNRS, Avignon Université, UMR 7300 ESPACE) et Mathilde Vernet (Maître de conférences, Avignon Université, Laboratoire Informatique d’Avignon)

Objectifs du projet


Le projet vise à identifier, comparer et mixer les approches de la Time Geography et les graphes dynamiques en recherche opérationnelle, pour représenter les évolutions des flux géographiques complexes. Les déplacements sont décomposés en graphes de différents niveaux sémantiques : graphes viaires (géographiques), graphes de réseaux sociaux (connexions, créations et éclatements de groupe), graphes plus abstraits (recherche de chemins optimisés…).

Les objectifs sont d’abord théoriques et méthodologiques : comment trouver une représentation intelligible des déplacements individuels et agrégés des individus, exploitable pour des modèles d’optimisation ? Deux applications sont identifiées. Une première concerne les mobilités de personnes et de groupes au rythme des pulsations urbaines et des motifs de déplacement (travail, achats, loisir…). Une seconde fait suite aux travaux sur l’autocopartage où une première modélisation de flot de véhicules a été développée à l’aide de modèles géographiques gravitaires. Les données massives de flux sont recueillies sur des sites publics ou dans des bases de données libres.

Productions


  • Présentation du projet :

https://agorantic.univ-avignon.fr/wp-content/uploads/sites/13/2022/02/AAP-Agorantic-2022_projet_4-Geodyn.pdf

Équipe scientifique

Porteur du projet


Didier JOSSELIN
Mathilde VERNET

Participants UMR ESPACE


Didier JOSSELIN
Louisette GARCIN (Doctorante)

Partenaires extérieurs


LIA
Mathilde VERNET (Avignon Université)

UMR PACTE
Sonia CHARDONNEL (CNRS)

 

[2020-2017] DURB / « La dépendance à l’urbanisation des territoires littoraux : existe-t-il des alternatives au tout résidentiel ? »

Porteur du projet :
Guilhem Boulay

DURB [2017-2020]

ContratContrats avec associations caritatives ou Fondations
Co-contractantFondation de France

Contrats de recherche financés

DURB – La dépendance à l’urbanisation des territoires littoraux : existe-t-il des alternatives au tout résidentiel ?

Programme de recherche porté par Guilhem Boulay (Maître de conférences, Avignon Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Depuis une cinquantaine d’années, les littoraux ont privilégié la croissance du secteur touristico-résidentiel, qui s’est accompagnée d’un niveau et d’un rythme d’urbanisation très importants. Ce hénomène est à l’origine d’un développement économique assis sur de nouvelles ressources : l’économie résidentielle et l’urbanisation ont pris le pas sur l’économie productive et agricole longtemps dominante sur les littoraux. Ce phénomène constitue un enjeu d’aménagement dans la mesure où il accroît la dépendance des littoraux à l’urbanisation, et donc leur vulnérabilité économique et environnementale. Le projet DURB souhaitait proposer un regard alternatif sur ce processus d’artificialisation en intégrant l’analyse des circuits économiques locaux et des politiques foncières d’aménagement. Sur les littoraux, l’urbanisation devient en effet une ressource économique centrale exploitée par un système convergent d’intérêts individuels et collectifs, privés et publics, qui contribue au processus accéléré d’artificialisation (secteur du BTP, distribution de rente foncière aux ménages, ressources fiscales des collectivités, gisements d’emplois peu qualifiés, etc.). L’objectif du projet était de comprendre comment ces phénomènes dits de résidentialisation tendent à s’imposer et forment un modèle de développement exclusif et excluant. Un premier axe de recherche a consisté à produire un diagnostic de la structure des ressources économiques des territoires littoraux, en en proposant une approche élargie. Sont en effet pris en compte les emplois et les activités ainsi que les ressources financières tirées de l’urbanisation. De ce point de vue, DURB a mis en évidence le degré de spécialisation de l’économie des façades littorales et les ressources fiscales importantes qu’en tirent les collectivités locales. Ce nouveau cadre d’analyse de la résidentialisation de l’économie au sein des espaces littoraux enrichit les approches classiques par l’artificialisation des sols. Face à la vulnérabilité de ce modèle économique, le second axe de recherche entendait participer à l’élaboration de scénarios de développement plus durables. L’objectif était double : évaluer la possibilité pour les acteurs du territoire de concevoir des futurs alternatifs au développement résidentiel (donc de mesurer en creux le niveau de dépendance au modèle actuel) et évaluer les conditions de leur mise en œuvre. Le dispositif de concertation ALTERé a ainsi été conçu pour répondre à ces objectifs : il mobilise les méthodes de la prospective et du jeu sérieux et neutralise le paramètre de rente immobilière, surdéterminant dans le processus de développement de ces territoires ainsi que dans les représentations des acteurs. Dans des ateliers de concertation à visée prospective, les acteurs locaux des systèmes

fonciers ont alors travaillé à proposer des scénarios de valorisation du foncier par l’agriculture et à identifier les leviers et les verrous à leur mise en œuvre sur les littoraux.

Productions


  • Publications

Laure Casanova Enault, Tatiana Popoff, Marta Debolini. Vacant lands on French Mediterranean coastlines: Inventory, agricultural opportunities, and prospective scenarios. Land Use Policy, 2021, 100, pp.104914. ⟨10.1016/j.landusepol.2020.104914⟩. ⟨hal-02937720⟩

Laure Casanova Enault, Marta Debolini, Tatiana Popoff, Emilie Roxane de Flore. Jouer un scénario d’aménagement foncier : analyse des pratiques d’aménagement et recherche d’alternatives au développement résidentiel. NETCOM : Réseaux, communication et territoires / Networks and Communications Studies, 2020, Perspectives numériques sur les jeux sérieux : aménager l’urbain, Carine Henriot et Nathalie Molines, Guest Eds., 34 (1-2). ⟨hal-02863982⟩

Antoine Grandclément. La diversité des formes de développement résidentiel sur les littoraux français : essai de typologie. Espace Géographique, 2020, 49 (3), pp.233-249. ⟨halshs-03322252⟩

Équipe scientifique

Porteur du projet


Guilhem BOULAY

Participants UMR ESPACE


Guilhem BOULAY
Laure CASANOVA ENAULT
Mathieu COULON
Didier JOSSELIN
Lauriane THOMAS

Participants extérieurs


UMR 7303 TELEMMe
Antoine GRANDCLEMENT

INRA, UMR 1114 EMMAH
M. DEBOLINI

Université de La Rochelle
INRA AgroParisTech
LIA
INRA Avginon

 

[2019] RO-Cat / « RO-Cat : Les réseaux opportunistes face aux catastrophes naturelles »

Porteur du projet :
Johnny Douvinet

RO-Cat [2019]

ContratFinancements publics sur appels à projets
Co-contractantFR Agorantic, Avignon Université

Contrats de recherche financés

RO-Cat : Les réseaux opportunistes face aux catastrophes naturelles

Programme de recherche porté par Johnny Douvinet (Professeur, Avignon Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Les catastrophes naturelles connaissent une recrudescence aujourd’hui, en liens avec le contexte de changement climatique en cours et d’exposition accrue des populations dans des territoires à risque qui, auparavant, avaient été préservés de l’urbanisation. Les études récentes menées sur ces questions montrent que l’augmentation des températures induit une augmentation du potentiel des épisodes pluviogènes, avec une intensification des pluies, un accroissement de la période de sécheresse, une fonte plus rapide de la neige en contexte montagnard, et une baisse du cumul annuel des précipitations. Mais face à des catastrophes naturelles, l’un des problèmes majeurs pour les secours est de localiser le plus vite possible les victimes, et de détecter la gravité de la situation de façon à organiser et à mobiliser les actions au plus proche du temps réel. Or, dans de nombreux cas, les communications classiques comme Internet ou le téléphone (fixe ou mobiles) sont hors service pendant et/ou après une catastrophe (ex. à cause d’une panne des réseaux électriques, des réseaux de télécommunication ou de la violence de l’orage qui perturbe les liaisons et les relais). Ces problèmes compliquent la situation et en particulier la mise en relation des victimes avec les secours. Cette action de recherche souhaite alors explorer la possibilité d’une solution moins coûteuse pour localiser les victimes, en utilisant un réseau autonome. Cela présente un verrou scientifique pour gérer la consommation d’énergie des téléphones en fonction de la gravité de la catastrophe naturelle.

 

Productions


Équipe scientifique

Porteur du projet


Johnny DOUVINET

Participants UMR ESPACE


Johnny DOUVINET
Ofla HASSANI (doctorante au LIA – abandon de thèse en février 2020)
Esteban BOPP
2 étudiants CMI MGT Licence 3

Partenaires extérieurs


Laboratoire d’Information d’Avignon (LIA, Avignon Université)

Rachid EL AZOUZI

INRIA

Eithan ALTMAN

Laboratoire LAAS / CNRS