[2025-2022] Trajectoire 4A / « Adapter, Anticiper, Articuler, Ajuster »

Porteur du projet :
Christine Voiron-Canicio

Trajectoir 4A [2022-2025]

ContratFinancement public
Co-contractantADEME

Contrats de recherche financés

Trajectoire 4A – Adapter, Anticiper, Articuler, Ajuster

Programme de recherche porté par Christine Voiron-Canicio (Professeur, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Le projet « Trajectoire 4 A – Adapter, Anticiper, Articuler » est une recherche action portant sur la question de la trajectoire territoriale d’adaptation des collectivités. Sa finalité est double, d’une part, aider les collectivités territoriales à intégrer la dimension dynamique des phénomènes – tant globaux que locaux – dans leur politique locale, et notamment à articuler les urgences à court terme, les plans à moyen terme et l’action à très long terme dans leur planification stratégique d’adaptation au changement climatique, et d’autre part, les guider dans les réajustements de leur stratégie et des actions programmées, par des outils d’aide à la décision novateurs.

Le consortium qui conduit le projet est composé d’une équipe pluridisciplinaire composée de scientifiques – géographe, climatologue, économiste, informaticien – travaillant en étroite collaboration avec l’équipe Climate Adaptation Consulting / Greenselipar, spécialisée dans l’accompagnement et l’expertise opérationnelle des politiques publiques de transition écologique, et d’une collectivité partenaire, la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse.

Le projet, d’une durée de 40 mois, est organisé en trois grands volets : (i) un état des lieux des trajectoires d’adaptation dans les documents de planification, au niveau national et sur le territoire d’étude, la CA du Pays de Grasse ; (ii), une modélisation géoprospective modulaire conçue comme un outil d’aide à la décision, qui permet d’anticiper le fonctionnement du territoire sur le temps long (horizon 2050), en intégrant les orientations et actions planifiées, de co-construire avec la collectivité des simulations à différentes échelles spatiales, et d’intégrer les résultats des simulations et leurs effets mesurés sur un certain nombre d’indicateurs dans un tableau de bord dynamique ; (iii), l’expérimentation avec la collectivité partenaire d’un mode opératoire pour promouvoir une planification dynamique adaptative, et estimer sa faisabilité au regard des obstacles et des leviers propres au contexte territorial considéré.

Résultats


Site internet présentant le projet


 

Équipe scientifique

Porteur du projet


Christine VOIRON-CANICIO

Participants UMR ESPACE


Mattéo CAGLIONI
Nathalie DUBUS
Nicolas MARTIN
Christine VOIRON-CANICIO

Partenaires extérieurs


la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse (Référent : Gilles GAVEAU)

Collaborateurs :
Gis-Lab, HES SO Valais (Référent : Jean-Christophe LOUBIER)
Consortium CAC / GreenSelipar (Référent : R. JOUAN et C. BOSSIS)

 

[2025-2022] COM / « Connaissance du stockage carbone Organique de la Métropole Aix-Marseille-Provence »

Porteur du projet :
Sébastien Gadal

COM [2022-2025]

ContratContrat avec les collectivités territoriales
Co-contractantMétropole Aix-Marseille

Contrats de recherche financés

COM / Connaissance du stockage carbone Organique de la Métropole Aix-Marseille-Provence

Programme de recherche porté par Sébastien Gadal (Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


L’évolution du climat est devenue une question extrêmement préoccupante pour l’avenir de l’humanité. Il n’y a pas un jour sans que la presse relate la survenue d’évènements extrêmes comme des méga-feux qui détruisent de vastes territoires emportant avec eux leur biodiversité, des ouragans d’ampleur jamais connue de mémoire d’hommes et dont le coût unitaire est évalué à plusieurs dizaines de milliards d’euros, des inondations qui provoquent régulièrement des dizaines de victimes piégées dans leur habitation ou leur véhicule … Le Groupe d’expert Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) s’accorde pour dire dans son dernier Rapport « Changement climatique 2021 : les éléments scientifiques » qu’à moins de réductions immédiates, rapides et massives des émissions de gaz à effet de serre, la limitation du réchauffement aux alentours de 1,5 °C, ou même à 2 °C, sera hors de portée. En effet, l’accord de Paris demande aux pays signataires de maintenir l’élévation moyenne des températures en dessous de + 1.5°C à 2050 pour éviter une dérégulation non maitrisable du climat. Il s’agit du principe de neutralité carbone, déterminé en France par la Stratégie Nationale Bas Carbone. Ses principes sont à 2050, une baisse de 50% des consommations globales d’énergie, une réduction de 75% des émissions de GES, de 100% de l’énergie produite d’origine non carbonée et enfin, de multiplier par deux la séquestration carbone des sols. Cette politique nationale est incarnée au niveau local par les Plans Climat Air Energie Territoriaux (PCAET) définis par le Code de l’Environnement. Le PCAET de la Métropole Aix-Marseille-Provence fixe un objectif de baisse d’émission des GES de – 21% à 2030 et une amélioration des capacités de stockage du carbone permis par les sols du territoire. Ceci est en accord avec l’initiative internationale « 4 pour 1000 », lancée par la France le 1er décembre 2015 lors de la COP 21, et qui consiste à fédérer tous les acteurs volontaires du public et du privé (États, collectivités, entreprises, organisations professionnelles, ONG, établissements de la recherche, …) dans le cadre du Plan d’action Lima-Paris. L’initiative vise à montrer que l’agriculture, et en particulier les sols agricoles, peuvent jouer un rôle crucial pour la sécurité alimentaire et le changement climatique. Elle propose d’augmenter les stocks de carbone des sols de 0,4% par an, dans les premiers 30 à 40 cm de sol, ce qui permettrait, outre une amélioration de la fertilité des sols, une réduction des émissions de CO2 dans l’atmosphère (https://www.4p1000.org/fr).

Les sols constituent le plus grand réservoir terrestre de carbone organique. Ils renferment environ deux fois plus de carbone que l’atmosphère, et constituent ainsi un compartiment majeur du cycle du carbone global. Toute variation, positive ou négative, des stocks de carbone organique du sol peut représenter un puits ou une source de CO2 atmosphérique. Ces stocks peuvent être fortement modifiés par des changements de pratiques ou d’usages. Ils sont également très dépendants du climat. Les changements d’usage des sols au sein du secteur agricole (par exemple retournement de prairies) et entre usages agricoles et non agricoles (afforestation, déforestation, urbanisation) ont un impact sur les stocks de carbone contenus dans les sols et la biomasse aérienne. L’urbanisation qui s’étend au détriment des terres généralement agricoles ou des zones naturelles contribue à alourdir le bilan net en émissions de gaz à effet de serre (GES). Par conséquent, il est important d’évaluer l’effet de l’occupation de sol et le changement de la couverture terrestre sur le stock de carbone organique du sol.

L’évaluation des capacités actuelles des sols métropolitains à stocker le carbone devient un vecteur de mobilisation des acteurs techniques et politiques ; l’amélioration des capacités à stocker le carbone –et la préservation des sols qui y sont associés-est maintenant un enjeu métropolitain au même titre que la protection de la biodiversité ou le développement d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement.

Or, le sujet est trop peu documenté localement : l’analyse qui a été réalisée sur ce sujet dans le cadre du Plan Climat de la Métropole a montré les limites importantes des outils existants tant sur la définition de l’occupation des sols (Corine Land Cover avec Landsat, OCS Région 2014 avec Spot 5), que sur la teneur en carbone d’origine organique des sols en fonction de leur occupation (sols cultivés, sols forestiers, sols de garrigues, sols des espaces complexes ou des espaces dit « artificialisés »). Il en est de même sur le croisement possible avec les données répertoriées en pédologie, définies à trop petite échelle pour être exploitées à grande échelle (parcellaire ou infra-parcellaire).

Productions


  • Rapport de recherche

Sébastien Gadal, Mounir Oukhattar, « Connaissance du stockage carbone organique de la Métropole Aix-Marseille-Provence », rapport de recherche n°1, Sept. 2022

Site internet présentant le projet


 

Équipe scientifique

Porteur du projet


Sébastien GADAL

Participants UMR ESPACE


Sébastien GADAL (porteur)
Mounir OUKHATTAR

Partenaires extérieurs


Métropole Aix-Marseille Provence

UM 34 CEREGE

[2023] MarAlex / « Les bassins versants maralpins face au changement : tempête Alex, changement climatique et pressions anthropiques »

Porteur du projet :
Margot Chapuis

MarAlex [2023]

ContratAppel à projet IDEX JEDI / EUR ODYSEE
Co-contractantUniversité Côte d’Azur

Contrats de recherche financés

Les bassins versants maralpins face au changement : tempête Alex, changement climatique et pressions anthropiques

Programme de recherche porté par Margot Chapuis (Maître de conférences, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet de recherche


Les cours d’eau maralpins sont peu connus, en partie du fait de leur caractère excentré. Les journées de la Commission Hydrosystèmes du CNFG propose pour cette session de juillet 2023 de (re)découvrir les spécificités des cours d’eau des Alpes-Maritimes/Mercantour, tant en termes de fonctionnement hydro-sédimentaire qu’en termes de gestion des bassins versants. Une excursions de la commission Hydrosystèmes du CNFG (Comité National Français de Géographie) est programmée.

L’événement du 02/10/2020 (tempête Alex) a mis en relief les caractéristiques des cours d’eau maralpins (crues éclair, transport sédimentaire intense) et a donné lieu à une « métamorphose fluviale », phénomène rarissime à l’échelle internationale (en France, le précédent avait eu lieu sur le Guil en 1957). Par ailleurs, cet événement exceptionnel a mis en exergue la nécessité de comprendre le fonctionnement particulier des cours d’eau montagnards en domaine méditerranéen, dans une perspective de développement de stratégies d’adaptation aux changements climatiques accessibles aux gestionnaires et aux usagers.

3 grandes thématiques sont abordées :

  • Spécificités hydroclimatiques des Alpes-Maritimes et conséquences des précipitations exceptionnelles du 02/10/2020 (tempête Alex)
  • Géomorphologie torrentielle et crues éclair dans un contexte de changement climatique
  • Enjeux de gestion et de restauration des rivières en tresses.

Il s’agit de proposer un état de la connaissance sur le territoire maralpin, dans un contexte de changements multiples qui s’emboîtent tant dans une dimension spatiale que temporelle : dynamiques de changements post-Alex, changement climatique, changement des pratiques et de vécus liés aux territoires impactés, à échelle ponctuelle (site d’étude), à l’échelle de la vallée, à l’échelle inter-valléenne.

A cela s’ajoute une demi-journée de conférences qui présentent les actions de l’Académie 3 « Espace, Environnement, Risques et Résilience » et l’IMREDD d’Université Côte d’Azur sur la gestion des risques.

Productions


Retour sur ces journées :
https://univ-cotedazur.fr/recherche-innovation/structures-de-recherche/academies-dexcellence/academie-3/diffusion-scientifique/matinee-maralex

Équipe scientifique

Porteur du projet


Margot CHAPUIS

Participants UMR ESPACE


Nicolas MARTIN
Matthieu VIGNAL
Pierre CARREGA
Cyriel ADNES
Dennis FOX
Lise DEVREUX
Didier JOSSELIN
Johnny DOUVINET
Pierre-Alain AYRAL
P.EAR
Mathilde PUCHE
Giovanni FUSCO
M.-V. TUBOG

Partenaires extérieurs


G. MELUN (OFB)
F. COMPAGNON (SMIAGE)
A. BARILLIER (EDF-CIH)
C. MARTINS et J.-R. GENIN (ONF-RTM 06)
F. LIEBAULT (Inrae Grenoble)
B. BELLETTI (H20’Lyon)

[2023-2022] TOODS / « Relation entre Teneur en carbone Organique et Occupation du Sol : application aux sols de la Métropole Aix-Marseille Provence »

Porteur du projet :
Sébastien Gadal

TOODS [2022-2023]

ContratAutres financements publics sur appels à projets
Co-contractantAix-Marseille Université
Fédération de recherche ECCOREV

Contrats de recherche financés

TOODS / Relation entre Teneur en carbone Organique et Occupation du Sol : application aux sols de la Métropole Aix-Marseille Provence

Programme de recherche porté par Sébastien Gadal (Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Les sols constituent le plus grand réservoir terrestre de carbone organique. Ils renferment environ deux fois plus de carbone que l’atmosphère, et constituent ainsi un compartiment majeur du cycle du carbone global. Toute variation, positive ou négative, des stocks de carbone organique du sol peut représenter un puits ou une source de CO2 atmosphérique. Ces stocks peuvent être fortement modifiés par des changements de pratiques ou d’usages. Ils sont également très dépendants du climat. Les changements d’usage des sols au sein du secteur agricole (par exemple retournement de prairies) et entre usages agricoles et non agricoles (afforestation, déforestation, urbanisation) ont un impact sur les stocks de carbone contenus dans les sols et la biomasse aérienne. L’urbanisation qui s’étend au détriment des terres généralement agricoles ou des zones naturelles contribue à alourdir le bilan net en émissions de gaz à effet de serre (GES). Par conséquent, il est important d’évaluer l’effet de l’occupation de sol et le changement de la couverture terrestre sur le stock de carbone organique du sol.

L’évaluation des capacités actuelles des sols de la métropole Aix-Marseille Provence (MAMP) à stocker le carbone devient un vecteur de mobilisation des acteurs techniques et politiques ; l’amélioration des capacités à stocker le carbone -et la préservation des sols qui y sont associés- est maintenant un enjeu métropolitain au même titre que la protection de la biodiversité ou le développement d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement.

Or, le sujet est trop peu documenté localement : l’analyse réalisée sur ce sujet dans le cadre du Plan Climat de la Métropole a montré les limites importantes des outils existants tant sur la définition de l’occupation des sols [Corine Land Cover (CLC) avec les images des séries Landsat 5 TM, Landsat 8 OLI, OCS Région 2014 avec les images satellites SPOT 5), que sur la teneur en carbone  organique des sols en fonction de leur occupation (sols cultivés, sols forestiers, sols de garrigues, sols des espaces complexes ou des espaces dit « artificialisés »)]. Il en est de même sur le croisement possible avec les données répertoriées en pédologie, définies à trop petite échelle pour être exploitées à grande échelle (parcellaire ou infra-parcellaire) (Référentiel Régional Pédologique au 1 :250000).

Productions


  • Publications

Oukhattar M., Gadal S., Keller C., Otobo S., Menni W., “Relationship between Organic Carbon Content and Land Use: application to the soils of the Beni-Mellal region in Morocco and the Aix-Marseille Provence Metropolis in France”, 22nd World Congress of Soil Sciences, Glasgow, Aug. 2022

Site internet présentant le projet


http://www.eccorev.fr/

Équipe scientifique

Porteur du projet


Sébastien GADAL

Participants UMR ESPACE


Sébastien GADAL (porteur)
Mounir OUKHATTAR
Moisei ZAKHAROV

Partenaires extérieurs


UM 34 CEREGE

[2023-2020] OSAMA / « Élaboration d’un modèle optimal du système de sécurité humaine dans la zone arctique de la Fédération de Russie »

Porteur du projet :
Sébastien Gadal

OSAMA [2020-2023]

ContratFondation maison des sciences de l’homme (FMSH) & Russian Science Foundation (RSF)
Co-contractanthttps://www.fmsh.fr/
https://rscf.ru/en/

Contrats de recherche financés

OSAMA / Élaboration d’un modèle optimal du système de sécurité humaine dans la zone arctique de la Fédération de Russie

Programme de recherche porté par Sébastien Gadal (Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE) et co-porté par Maria Lagutina (Saint-Petersburg State University – SPbU)

Objectifs du projet


La pertinence de l’étude tient, d’une part, au fait qu’à ce stade, le développement intégré de la zone arctique de la Fédération de Russie (AZRF) est un domaine prioritaire de la stratégie nationale russe. D’autre part, si nous examinons la situation réelle au sein du AZRF, il n’existe toujours pas de système global de sécurité humaine dans la région, qui devrait servir de base au développement durable de l’Arctique russe. Cette macro-région est confrontée à de nouveaux défis et menaces pour la sécurité humaine qui n’ont pas encore été mis en évidence par les autorités et la société dans son ensemble. La pertinence du thème de recherche est conditionnée aussi par le fait qu’elle est rarement étudiée en Russie et à l’étranger. L’objectif principal du projet de recherche est de créer un modèle optimal du système de sécurité humaine dans l’AZRF. Il abordera un certain nombre de problèmes fondamentaux d’importance scientifique, théorique et appliquée, ainsi que de nouveauté scientifique :

  • Les participants au projet ont l’intention de générer leur propre modèle du concept de « sécurité humaine », basée sur une approche globale et interdisciplinaire associant sciences politiques, géographie et géomatique.
  • Pour la première fois en Russie, le projet démontrera comment le concept de « sécurité humaine » s’applique à l’AZRF et comment il peut être utile pour le développement d’une stratégie de développement durable pour l’Arctique russe.
  • Le résultat de ce projet sera de créer un modèle optimal de système de sécurité humaine dans l’AZRF.
  • Cette étude vise à créer un indice de sécurité humaine dans le cadre de l’AZRF, qui est également unique par sa nature.
  • L’intérêt scientifique du projet proposé réside également dans l’utilisation d’un éventail de méthodes originales de sciences sociales sur une base interdisciplinaire, plus particulièrement la télédétection spatiale, la géomatique et l’analyse spatiale.

Productions


  • Rapport de recherche

Sébastien Gadal. Élaboration d’un modèle optimal du système de sécurité humaine dans la zone arctique de la Fédération de Russie. [Rapport de recherche] UMR 7300 ESPACE, CNRS ; Aix-Marseille Université ; Fondation de la maison des sciences de l’Homme. 2022. ⟨hal-03795766⟩

  • Publications

Sébastien Gadal, Moisei Ivanovich Zakharov, Jūratė Kamičaitytė. Territorialisation, Urbanisation, and Economic Development in the Russian Arctic: Energy Issues. Valery I. Salygin. Energy of the Russian Arctic. Ideals and Realities, Springer Nature Singapore, pp.441-458, 2022, 978-981-19-2816-1. ⟨10.1007/978-981-19-2817-8_23⟩. ⟨hal-03736971⟩

Maria Lagutina, Natalia Eremina, Sébastien Gadal. European Arctic Policy: Interests of the Non-Arctic States and the EU. Egor V. Pak; Artem I. Krivtsov; Natalia S. Zagrebelnaya. The Handbook of the Arctic, Springer Nature Singapore, pp.1-26, 2022, 978-981-16-9249-9. ⟨10.1007/978-981-16-9250-5_5-1⟩. ⟨hal-03818430⟩

Valentina Ignatyeva, Sébastien Gadal. Renewable Energy in the Russian Arctic: Energy Transition and Opportunities in the Context of Post-pandemic Realities. Valery I. Salygin. Energy of the Russian Arctic, Springer Nature Singapore, pp.411-424, 2022, 978-981-19-2816-1. ⟨10.1007/978-981-19-2817-8_21⟩. ⟨hal-03736972⟩

Sébastien Gadal, Moisei Zakharov, Antonina Savvinova. Проблемы и вызовы развития арктического туризма в Якутии . Государственное управление и развитие России: глобальные тренды и национальные перспективы, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, May 2022, Moscow, Russia. ⟨hal-03673012

Moisei Ivanovich Zakharov, Sébastien Gadal, Yuri Danilov. Региональные особенности пространственной организации мерзлотных ландшафтов хребта Орулган. География и краеведение в якутии и сопредельных территориях сибири и дальнего востока (Geography and Local History in Yakutia and the Territories of Siberia Far East), North-Eastern Federal University, Mar 2022, Yakutsk, Russia. ⟨hal-03622248⟩

Kirill Obutov, Moisei Ivanovich Zakharov, Sébastien Gadal, Antonina Savvinova. Изменение земельного покрова и его прогнозирование, на территориях традиционного землепользования эвенков южной Якутии по данным дистанционного зондирования. География и краеведение в якутии и сопредельных территориях сибири и дальнего востока (Geography and Local History in Yakutia and Neighboring Territories of Far East Siberia ), North-Eastern Federal University, Mar 2022, Yakutsk, Russia. ⟨hal-03622243⟩

Sergei Strijhak, Victor Gergel, Aleksandr Ivanov, Sébastien Gadal. On the Problem of Choosing the Optimal Parameters for the Wind Farm in the Arctic Town of Tiksi. Balandin D., Barkalov K., Gergel V., Meyerov I. Mathematical Modeling and Supercomputer Technologies, Springer, pp.361-375, 2021, 978-3-030-78758-5. ⟨10.1007/978-3-030-78759-2_30⟩. ⟨hal-03274909⟩

Sébastien Gadal, Valentina Ignatyeva. Альтернативные источники энергии как составляющая устойчивого развития Арктических регионов: (Alternative energy sources as part of sustainable development in the Arctic regions). Государственное управление и развитие России: Национальные цели. Арктические регионы России. Роль национальных проектов в формировании устойчивого развития, 1, Издательский дом « Научная библиотека », pp.732-742, 2020, 978-5-907242-27-2. ⟨hal-02546447⟩

Sébastien Gadal, Moisei Zakharov. Fundamental Issues in Geospatial Training for Arctic Environmental Management. An Example of Franco-Russian Cooperation: Фундаментальные вопросы обучения геопространственным методам управления окружающей средой Арктики. Пример франко-российского сотрудничества. Social and Labour sphere of the Arctic: Problems and Solutions, RANEPA, May 2021, Moscow, Russia. ⟨hal-03247181⟩

Sébastien Gadal. Energy issues and territorial development of the Arctic. U-Arctic 20 years Anniversary Seminar, University of Lapland, Sep 2021, Rovaniemi, Finland. ⟨hal-03429290⟩

Gao Tianming, Nikolai Bobylev, Sébastien Gadal, Maria Lagutina, Alexander Sergunin, et al.. Planning for Sustainability: An Emerging Blue Economy in Russia’s Coastal Arctic? Sustainability, MDPI, 2021, 13 (9), pp.4957. ⟨10.3390/su13094957⟩. ⟨hal-03211208v2⟩

Nikolai Bobylev, Sébastien Gadal. Environmental security via sustainable development goals: Localization in the Arctic Region. EUGEO 2021, 8th Congress on the Geography of Europe, Charles University, Jun 2021, Prague, Czech Republic. pp.87. ⟨hal-03275086⟩

Valentina Ignatyeva, Sébastien Gadal. Adapting to new realities: Renewable energies and a low carbon future for the Russian Arctic in the aftermath of COVID-19. EUGEO 2021, 8th Congress on the Geography of Europe, Charles University, Jun 2021, Prague, Czech Republic. pp.337. ⟨hal-03275059⟩

Sébastien Gadal, Moisei Ivanovich Zakharov. A joint French-Russian approach on the issues of human security and adaptation of global warming in the Russian Siberian Arctic. Example of permafrost, risk exposure, and urban development in Yakutia. 9th Russian-Chinese Academic Meeting on the Arctic issues, Saint-Petersburg State University; Ocean University of China, Dec 2020, Online, Russia. ⟨hal-03038133⟩

Nikolai Bobylev, Sébastien Gadal, Alexander Sergunin, Veli-Pekka Tynkkynen. Corporate social and environmental responsibilities in the Arctic Zone of the Russian Federation: theoretical and methodological approaches. Corporate Governance and Innovative Economic Development of the North / Корпоративное управление и инновационное развитие экономики Севера, Syktyvkar State University, 2021, 1 (1), pp.15-21. ⟨10.34130/2070-4992-2021-1-1-15⟩. ⟨hal-03480714⟩

Sébastien Gadal. Territorial development in the Arctic zone of North-East Russia Example of Verkhoyansky ulus, Republic of Sakha (Yakutia): Территориальное развитие в Арктической зоне Северо-Востока России. Пример Верхоянского улуса Республики Саха (Якутия). Государственное управление и развитие России: глобальные угрозы и структурные изменения: Особенности социальной сферы Арктики: состояние, развитие, управление, RANEPA, May 2020, Online streaming, Russia. ⟨hal-02616815⟩

Nikolai Bobylev, Sébastien Gadal, Valery Konyshev, Maria Lagutina, Alexander Sergunin. Building Urban Climate Change Adaptation Strategies: The Case of Russian Arctic Cities. Weather, Climate, and Society, American Meteorological Society, 2021, 13 (4), pp.875-884. ⟨10.1175/WCAS-D-21-0004.1⟩. ⟨hal-03313126⟩

Nikolai Bobylev, Sébastien Gadal, Viktar Kireyeu, Alexander Sergunin. EU‐Russia cross‐border cooperation in the 21 st century: turning marginality into competitive advantage. Regional Science Policy and Practice, In press, ⟨10.1111/rsp3.12316⟩. ⟨hal-02902279⟩

Nikolai Bobylev, Sébastien Gadal, M.O. Konovalova, Alexander Sergunin, Andrew Tronin, et al.. Ранжирование Регионов Арктической Зоны Российской Федерации По Индексу Экологической Безопасности. Север и Рынок: формирование экономического порядка, Russian Academy of Sciences, 2020, 69 (3), pp.17-40. ⟨10.37614/2220-802X.2.2020.69.002⟩. ⟨hal-03044962⟩

 

Site internet présentant le projet


 

Équipe scientifique

Porteur du projet


Sébastien GADAL
Maria LAGUTINA (SPbU)

Participants UMR ESPACE


Sébastien GADAL
Valentina IGNATYEVA
Jurate KAMICAITYTE
Moisei ZAKHAROV

Partenaires extérieurs


Saint-Petersburg State University (SPbU)

North Eastern Federal University (NEFU)

[2023-2019] AIMCEE / « Apport de l’Imagerie satellitaire Multi-Capteurs pour répondre aux Enjeux Environnementaux et sociétaux des socio-systèmes urbains »

Porteur du projet :
Anne Puissant (UMR 7362 LIVE CNRS / A2S UNISTRA)
Co-porteur : Sébastien Gadal

AIMCEE [2019-2023]

ContratContrat de recherche industriel
Co-contractantCNES TOSCA

Contrats de recherche financés

AIMCEE / Apport de l’Imagerie satellitaire Multi-Capteurs pour répondre aux Enjeux Environnementaux et sociétaux des socio-systèmes urbains

Programme de recherche porté par Anne Puissant (UMR 7362 LIVE CNRS / A2S UNISTRA ) et co-porté Sébastien Gadal (Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


L’objectif de la proposition TOSCA AIMCEE (Apport de l’Imagerie satellitaire Multi-Capteurs pour répondre aux Enjeux Environnementaux et sociétaux des socio-systèmes urbains) est de rassembler les laboratoires de recherches impliqués à la fois dans l’exploitation intelligente des masses de données satellitaires multi-capteurs et dans les problématiques urbaines afin de mutualiser les efforts et la capitalisation des recherche sur ce que nous avons appelé des Actions de Recherche Thématiques permettant de répondre aux défis environnementaux et sociétaux auxquels les socio-systèmes urbains sont soumis à court et long terme, en favorisant les interactions entre les CES du pôle THEIA impliqués sur cette thématique.

La population mondiale atteint 7,63 milliards en janvier 2018. Depuis 2008, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, plus de la moitié de la population vivait en milieu urbain. En 2050, on estime qu’environ 70% de la population mondiale sera urbaine. Cette explosion démographique mondiale s’accompagne d’une urbanisation galopante qui provoque elle-même une expansion géométrique des aires urbaines. Cette urbanisation pèsera lourdement sur les ressources naturelles à grande échelle avec des tensions sur les terres disponibles, la biodiversité. La demande alimentaire devrait doubler, la consommation énergétique augmenter de 80% et l’approvisionnement en eau croître de 55 %… Par ailleurs, « aujourd’hui, près d’un tiers de la population mondiale fait face à des pics de chaleur pendant au moins 20 jours par an. D’ici 2100 cette proportion pourrait grimper à 70 % de la population si rien n’est fait pour limiter le réchauffement climatique ». La multiplication des vagues de chaleur en milieu urbain est également au cœur des préoccupations.

Ainsi, sur le plan international les scientifiques sont formels, le climat change. Hausse des températures et du niveau de la mer ou encore fonte des glaces sont autant de marqueurs incontestables, confirmés par l’observation spatiale à travers les variables essentielles climatiques. Pour certains territoires et en particulier les territoires urbains qui peuvent être considérés comme de véritables socio-systèmes urbains, il est déjà urgent de prendre des décisions cruciales pour l’avenir. Des défis colossaux qui ne seront relevés qu’avec la planification de villes sobres et capables de synergies entre la consommation et la production.

Pour prendre ces décisions, il faut pouvoir se projeter et prédire. Par exemple grâce à des simulations numériques  (étalement urbain, transformations des modes d’occupation et d’usages des sols, submersions littorales, risque de crue…). Cela passe par mesurer et surveiller le changement climatique de ces socio-systèmes urbains. Après l’Accord de Paris, la mobilisation internationale reste forte, sous la houlette des agences spatiales. La coopération internationale et l’apport des satellites ressortent comme deux leviers essentiels pour observer le changement climatique et contrôler les engagements pris pour en atténuer les effets.

En effet, l’imagerie satellitaire est une source de données encore sous-exploitées, seule capable de permettre des analyses de l’échelle mondiale à l’échelle locale avec une même qualité et une régularité de mesures. Complémentaires des relevés de terrains, et des bases de données déjà existantes produites par les agences de cartographie nationale, toutes ces observations et mesures permettent une moisson d’informations que la recherche scientifique analyse, qualifie et intègre dans des modèles. Ces derniers permettent peu à peu de mieux comprendre et de mieux prévoir le fonctionnement et les interactions entre les surfaces continentales, l’hydrosphère et l’atmosphère.

L’accès facilité à l’imagerie satellitaire ainsi que la multiplication des capteurs dans les domaines optique (Pléiades, Spot, Sentinel-2, Landsat…) et radar (Radarsat, terrasar-X, Alos, Sentinel-1, …) est une véritable opportunité pour la communauté scientifique et socio-économique. Il constitue également un défi colossal en terme méthodologiques afin de proposer des méthodes de traitement adaptées à la masse de données disponible, mais également en terme ‘thématique’ afin de délivrer des produits sous la forme d’indicateurs ou de cartographie comme variables d’entrées dans les différents modèles et comme outils d’aide à la décision face aux enjeux sociaux et environnementaux.

L’objectif de cette proposition TOSCA AIMCEE (Apport de l’Imagerie satellitaire Multi-Capteurs pour répondre aux Enjeux Environnementaux et sociétaux des socio-systèmes urbains) est donc de rassembler les laboratoires de recherches impliqués à la fois dans l’exploitation intelligente des masses de données satellitaires multi-capteurs et à la fois dans les problématiques urbaines afin de mutualiser les efforts et la capitalisation des recherche sur ce que nous appellerons des Actions de Recherche Thématiques permettant de répondre aux défis environnementaux et sociétaux auxquels les socio-systèmes urbains seront soumis à court et long terme, en favorisant les interactions entre les CES du pôle THEIA impliqués sur cette thématique.

Plus précisément nous proposons de travailler sur trois grands défis sociétaux et environnementaux :

  1. la consommation foncière et la perte des territoires agricoles ;
  2. la perte de biodiversité, la fragmentation et l’invasion des milieux (en particulier périurbain) ;
  3. le changement climatique, l’augmentation des températures, de la consommation d’énergie et de la pollution urbaine

Productions


  • Publications

Thomas Gloaguen, Kęstutis Zaleckis, Sébastien Gadal. Development of new indexes of the ‘Generic City’ concept in the Baltic coastal city network. ISUF 2022 – The 29th Conference of the International Seminar on Urban Form – Urban Redevelopment and Revitalisation. A Multidisciplinary Perspective, Sep 2022, Łódź – Kraków, Poland. ⟨hal-03783349⟩

Sébastien Gadal, Mounir Oukhattar, Jūratė Kamičaitytė, Moisei Zakharov, Walid Ouerghemmi, et al.. Multiscale and multi-temporal modelling of urban change structures in the Subarctic East Siberian metropolis of Yakutsk. XXIX Conference of the International Seminar on Urban Form: Urban Redevelopment and Revitalisation A Multidisciplinary Perspective, University of Lodz; Cracow University of Technology,; Lodz University of Technology, Sep 2022, Łódź, Poland. ⟨hal-03787176⟩

Thomas Gloaguen, Kęstutis Zaleckis, Sébastien Gadal. Investigation of the use of the ‘Generic City’ concept and its indexes in the analysis in urban and territorial structures in the Baltic cities. IGU Urban Commission Annual Conference, Jul 2022, Paris, France. ⟨hal-03737991⟩

Anne Puissant, Thibault Catry, Rémi Cresson, Nadine Dessay, Laurent Demagistri, et al.. Products and services of the « Urban » THEIA Scientific expertise Centre. ESA Living Planet Symposium 2022, May 2022, Bonn, Germany. 2022. ⟨hal-03678980⟩

Sébastien Gadal. Dynamiques de territorialisations et d’urbanisations post-soviétiques : résiliences territoriales et métropolisations en Lituanie. Géopolitique de l’espace et espace(s) de la géopolitique, LIMEEP-PS; Observatoire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (OVSQ), Apr 2022, Saint-Quentin-en-Yvelines, France. ⟨hal-03656805⟩

Sébastien Gadal, Thomas Gloaguen, Jūratė Kamičaitytė. Post-Soviet Coastal Land Cover Change Modelling of the South-Eastern Baltic by Remote Sensing (1984-2020). GIS for Digital Development 2021: Application of GIS and Remote Sensing in Science and Management, North Eastern Federal University, Dec 2021, Yakutsk, Russia. ⟨hal-03502185⟩

Sébastien Gadal. Remote Sensing for Urban Planning. Virtual Global Faculty Week 2021, Kaunas University of Technology, Mar 2021, Kaunas University of Technology, Lithuania. ⟨hal-03183746⟩

Sébastien Gadal, Mounir Oukhattar, Jūratė Kamičaitytė, Moisei Zakharov, W. Ouerghemmi. Spatial modelling of the Arctic metapolis: Yakutsk. GIS for Digital Development 2021: Application of GIS and Remote Sensing in Science and Management, North Eastern Federal University, Dec 2021, Yakutsk, Russia. ⟨hal-03502208⟩

Sébastien Gadal, Thomas Gloaguen. Environmental issues in the coastal regions of the south-eastern Baltic Sea: A sensitive natural environment in the face of increasing anthropic pressures. Baltica : An International Yearbook for Quaternary Geology and Palaeogeography, Coastal Morphology and Shore Processes, Marine Geology and Recent Tectonics of the Baltic Sea Area, Lithuanian Academy of Sciences, 2021, 34 (2), pp.203 – 215. ⟨10.5200/baltica.2021.2.6⟩. ⟨hal-03517994⟩

Nikolai Bobylev, Sébastien Gadal, Valery Konyshev, Maria Lagutina, Alexander Sergunin. Building Urban Climate Change Adaptation Strategies: The Case of Russian Arctic Cities. Weather, Climate, and Society, American Meteorological Society, 2021, 13 (4), pp.875-884. ⟨10.1175/WCAS-D-21-0004.1⟩. ⟨hal-03313126⟩

Sébastien Gadal, Paul Gérard Gbetkom, Alfred Homère Mfondoum. A new soil degradation method analysis by Sentinel 2 images combining spectral indices and statistics analysis: application to the Cameroonians shores of Lake Chad and its hinterland. 7th International Conference on Geographical Information Systems Theory, Applications and Management (GISTAM 2021), Apr 2021, Online Streaming, Czech Republic. pp.25-36. ⟨hal-03207299⟩

Sites internet présentant le projet


GEOINFORMATION – AI – : REMOTE SENSING IMAGE ANALYSIS, GEOMATIC MODELLING, GEOGRAPHIC KNOWLEDGE PROCESSING, AND TERRITORIAL GEO-SIMULATION | Sébastien Gadal | Research Project (researchgate.net)

BALTICS: BALTIC AND NORDIC STUDIES: POST-SOVIET TRANSFORMATIONS, COASTAL CHANGES, TERRITORIAL DEVELOPMENT CONVERGENCES, AND ENVIRONMENTAL ISSUES | Sébastien Gadal | Research Project (researchgate.net)

ARCTIC-S: TERRITORIAL ADAPTATIONS OF THE ARCTIC TO THE GLOBAL WARMING, GLOBALISATION, ENVIRONMENTAL CHANGES, DEVELOPMENT AND URBANISATION. GEOPOLITIC ISSUES | Sébastien Gadal | Research Project (researchgate.net)

A-METROPOLIS: URBANISATION MODELLING, SOCIO-ENVIRONMENTAL CHALLENGES, AND GEOPOLICAL ISSUES OF METROPOLISATIONS | Sébastien Gadal | Research Project (researchgate.net)

Équipe scientifique

Porteur du projet


Anne PUISSANT (UMR7362 LIVE CNRS / A2S UNISTRA)
Co-porteur : Sébastien GADAL

Participants UMR ESPACE


Paul Gérard GBETKOM
Sébastien BRIDIER
Sébastien GADAL
Thomas GLOAGUEN
Jurate KAMICAITYTE
Walid OUERGHEMMI
Mounir OUKHATTAR
Moisei ZAKHAROV

Partenaires extérieurs


LaSTIG (Laboratoire des Sciences et Technologies de l’Information Geographique)

IGN

UMR TETIS

IRSTEA

IRD UMR 228 Espace-Dev

UMR 5126 CESBIO

North-Eastern Federal University (NEFU)

Saint-Petersburg State University (SPsU)

Kaunas University of Technology (KTU)

Vytautas Magnus University (VMU)

[2022] AURACLE / « AUtonomie et Résilience Alimentaire par les Circuits-courts en vilLE: apports de la géoprospective »

Porteur du projet :
Stéphane BOUISSOU

AURACLE [2022]

ContratAppel à projets
Co-contractantIDEX JEDI
Université Côte d’Azur

Contrats de recherche financés

AURACLE – AUtonomie et Résilience Alimentaire par les Circuits-courts en vilLE: apports de la géoprospective

Programme de recherche porté par Stéphane Bouissou (Professeur, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Le projet porte sur les circuits courts alimentaires et de proximité sur la commune de Nice, dans les Alpes-Maritimes. L’objectif est de déployer des outils de géoprospectives pour identifier les circuits courts alimentaires et de proximité, d’analyser les forces et les freins de cette chaine alimentaire afin de proposer des scénarios prospectifs en matière de souveraineté alimentaire sur le territoire niçois.

Le projet s’inscrit ainsi dans la dynamique des Projets Alimentaires Territoriaux, PAT, visant la reterritorialisation des systèmes alimentaires par la concertation de tous les acteurs des chaines alimentaires : production, distribution et consommation.

Trois types de circuits ont été identifiés :

  • des circuits courts et de proximité, inscrits dans un périmètre régional par lesquels transitent des produits typiques régionaux, et qui permettent une bonne circulation des informations du producteur vers le client ;
  • des circuits de proximité, inscrits également dans un périmètre régional ;
  • et des « étapes courtes et de proximité » avec des produits transformés localement mais produits partout dans le monde.

 

Résultats


 

Équipe scientifique

Porteur du projet


Stéphane BOUISSOU

Participants UMR ESPACE


Stéphane BOUISSOU
Karine EMSELLEM
Juliette BENEDETTI

Partenaires extérieurs


 

 

[2022] CARAFE / « CARbodetection And Fire prEvention »

Porteur du projet :
Sébastien Gadal

CARAFE [2022]

ContratFinancements internationaux
Co-contractantInstitut Français d’Indonésie (IFI)

Contrats de recherche financés

CARAFE / CARbodetection And Fire prEvention

Programme de recherche porté par Sébastien Gadal (Aix-Marseille Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


L’objectif de ce projet vise à évaluer par la modélisation spatiale le rôle de l’urbanisation comme vecteur contribuant aux incendies des stocks de carbones organiques dans les sols. Il s’appuie sur la cartographie de l’occupation et de l’utilisation des sols en milieux périurbains par télédétection, la détection des feux de tourbières périurbaines, et la modélisation par simulation des teneurs en CO et de leur possibles évolutions en fonction des dynamiques urbaines de Jakarta en Indonésie.

Productions


  • Publications

 

Sites internet présentant le projet


 

Équipe scientifique

Porteur du projet


Sébastien GADAL

Participants UMR ESPACE


Sébastien GADAL

Partenaires extérieurs


CIRAD Asie du Sud-Est

INSTIPER

[2022-2018] RADHY Buëch / « Représentation intégrée des Adaptations individuelles et des Dynamiques HYdrologiques sur le bassin du Buëch »

Porteur du projet :
Christine Voiron-Canicio

RADHY Buëch [2018-2022]

ContratSubventions, autre financement public

 

Co-contractantAgence de l’eau Rhône Méditerranée Corse – Equipes membres ou associées de la ZABR : unité RiverLy (Irstea Lyon), UMR G-EAU (Irstea Montpellier), UMR ESPACE (Université Côte d’Azur)

Contrats de recherche financés

Représentation intégrée des Adaptations individuelles et des Dynamiques HYdrologiques sur le bassin du Buëch

Programme de recherche co-porté par Christine Voiron-Canicio (Professeur, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Le projet de recherche RADHY-Buëch a pour finalité de contribuer à la réflexion sur les futurs possibles et souhaités du bassin du Buëch pour la gestion de l’eau, et de proposer des scénarios d’adaptation locale au risque de sécheresse, en s’appuyant sur deux entrées principales : 1) Les résultats de simulations d’un modèle intégré, prenant en compte l’état de la ressource en eau grâce à une modélisation hydrologique et les décisions d’acteurs dans diverses situations hydrologiques, grâce à un système multi-agents. Cette modélisation, réalisée sur un territoire test du bassin du Buëch et adaptée dans un premier temps uniquement au milieu agricole, permet de simuler des scénarios d’actions qui contribuent à aider la réflexion sur le partage de l’eau en période de tension sur la ressource (Richard, 2020 ; Bonté et al., 2020). 2)  La prise en compte de la perception, par différents types d’acteurs de terrain, du territoire et de son futur face à la problématique de l’eau, contribue à la détermination de scénarios d’adaptation plus globaux. Dans ce deuxième volet de la recherche, porté par ESPACE, les acteurs sollicités sont non seulement les agriculteurs mais aussi des catégories d’acteurs relevant d’autres usages de la ressource en eau (alimentation en eau potable (AEP), hydroélectricité, tourisme, préservation des milieux aquatiques), afin d’avoir une vision globale de la problématique. La confluence des savoirs locaux et experts permet de mettre en lumière des pistes d’adaptation aux changements socio-environnementaux, qui répondent aux préoccupations et souhaits des diverses parties prenantes. Cet aspect de la recherche est conçu dans une démarche de géoprospective (ateliers participatifs, enquêtes et scénarisation des futurs possibles de la ressource et de la gestion de l’eau). Les deux volets du projet sont reliés à un troisième volet intégrateur : un tableau de bord dynamique, conçu comme une plateforme pédagogique rassemblant les résultats du modèle agro-hydrologique et améliorant leur intelligibilité. Les visions des futurs de l’eau par les acteurs du terrain y sont également associées. Lors d’ateliers de restitution des simulations, cet outil permet non seulement la visualisation de la connaissance capitalisée, mais encore les échanges, les discussions, et la mise en débat des enjeux de la gestion globale de l’eau sur le territoire.

Méthodologies


  • Modélisation quantitative hydrologique et modèle multi-agents
  • Modélisation qualitative de type récit (scénarisation des futurs possibles selon la méthode des scénarios territorialisés)
  • Démarche géoprospective associant une enquête socio-spatiale sur la représentation des changements à venir sur le territoire du Buëch, la co-construction de diagnostic prospectif et de scénarios du futur en atelier, un tableau de bord dynamique comme outil de médiation et d’aide à l’action

Résultats


  • Conception d’une nouvelle méthode de géoprospective basée sur des enquêtes
  • Couplage scénario-modèle inédit. La scénarisation des représentations des futurs de l’eau sur le bassin-versant du Buëch et la modélisation agro-hydrologique, d’abord menées parallèlement, sont ensuite mises en regard et interrogées. Le rapprochement des deux visions et leur dialogue sont conduits en atelier réunissant l’équipe scientifique et les acteurs locaux, en s’appuyant sur les connaissances capitalisées tout le long de l’étude, et réunies dans un tableau de bord dynamique. La démarche est double, d’une part, faire comprendre aux non spécialistes de la modélisation, le fonctionnement de l’agro-hydrosystème actuel, et d’autre part, intégrer dans le modèle certains changements futurs imaginés par les usagers de l’eau – nouvelles données climatiques, nouveaux profils de réseaux d’irrigation et d’irrigants, seuils réglementaires, etc. – afin de déceler leurs impacts sur le fonctionnement futur de l’agro-hydrosystème, pour s’y préparer.

Productions


  • Publications

Voiron-Canicio C., Dubus N., Loubier JC., Robiquet Q., Favre P., Favre P., Reichenbach J., 2022, La géoprospective comme aide à la réflexion sur les futurs possibles de l’eau et de sa gestion : exemple d’une recherche en cours dans le bassin-versant du Buëch, revue Géocarrefour [en ligne], 96/2| 2022,  n° thématique « Chercheurs d’eaux au temps des changements globaux », URL : https://journals.openedition.org/geocarrefour/18874

Dubus N., Voiron-Canicio C., Loubier J.-C, Robiquet Q., 2021, RADHY-Buëch : « Vers la construction de scénarios des futurs possibles de la gestion de l’eau dans le bassin du Buëch : approche méthodologique », Séminaire scientifique ZABR – Observation sociale des territoires fluviaux, Lyon, 13 décembre 2021

Bonté B., Barreteau O., Braud I., Voiron-Canicio C., 2021, « Représentation intégrée des adaptations individuelles et des dynamiques hydrologiques sur le bassin du Buëch – Radhy Buëch. Journée eau & Connaissance AERMC, Lyon, le 15 Novembre 2021.

Loubier J.-C., Voiron-Canicio C., Dubus N., Bonté B., Barreteau O., Braud I., Richard B., Robiquet Q., 2020, « Modéliser et co-construire pour une meilleure gestion de l’eau », Conférence Smart Water 2020, Verbier, Suisse, Octobre 2020.

Robiquet Q., 2020, « Les futurs possibles de la gestion de l’eau dans le bassin du Buëch, co-construction et géoprospective », Mémoire de stage M2, UMR 7300 ESPACE, Master GEOPRospective, Aménagement et Durabilité des territoires, Université Côte d’Azur, Nice, 113 p.

Bonté B.,  Barreteau O., Richard B., Braud I., Voiron-Canicio C., Dubus N., Loubier J-C., Robiquet Q., 2020, « Coupler modèles hydrologiques distribués et modèles multi-agents: l’expérience du Buech (ZA Bassin du Rhône) », Communication orale au 5e colloque des Zones Ateliers – CNRS, 2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers. Du 3 au 5 Novembre 2020, en ligne. Enregistrement disponible : RTRMD. (2020, 4 novembre). Coupler modèles hydrologiques distribués et modèles multi-agents: l’expérience du Buech. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/105219

  • Site internet présentant le projet

http://vlhgislab.hevs.ch:8081/

Équipe scientifique

Porteur du projet


Christine VOIRON-CANICIO

Participants UMR ESPACE


Nathalie DUBUS
Jean-Christophe LOUBIER (HES SO Valais, membre associé à ESPACE)
Christine VOIRON-CANICIO

Partenaires extérieurs


Bruno BONTÉ
Olivier BARRETEAU
(G-EAU)

Isabelle BRAUD
Eric SAUQUET
(Ryverly)

Julien REICHENBACH
Pascal FAVRE
(HES SO Valais)

[2021-2020] ANR Cap-4-Multi-Can-Alert / « Capitaliser les connaissances acquises sur les Capacités d’action (autorités vs. individus) et le Protocole d’Alerte Commun (CAP) pour accompagner un changement de Cap et proposer une Alerte multicanale en France »

Porteur du projet :
Johnny Douvinet

ANR Cap-4-Multi-Can-Alert [2020-2021]

ContratANR Flash « Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 »
Co-contractantANR, SGDSN

Contrats de recherche financés

Cap-4-Multi-Can-Alert – Capitaliser les connaissances acquises sur les Capacités d’action (autorités vs. individus) et le Protocole d’Alerte Commun (CAP) pour accompagner un changement de Cap et proposer une Alerte multicanale en France

Programme de recherche porté par Johnny Douvinet (Professeur, Avignon Université, UMR 7300 ESPACE)

Objectifs du projet


Cap4 Multi-Can’Alert était un projet de développement expérimental s’inscrivant dans le cadre des JO 2024.

Il avait pour but de développer une solution d’alerte multicanale innovante combinant différents canaux de diffusion, adaptés aux contextes réglementaire et technologique se profilant en France, tout en intégrant les besoins des utilisateurs finaux et les réactions à attendre des populations. Pour cela, le consortium créé était inédit : il était composé par 2 industriels (ATRISC & GEDICOM-FAC24) et par 2 laboratoires de recherche publics (ESPACE Univ. Avignon & CHROME Univ. Nîmes). La preuve conceptuelle et les modalités de travail (2 à 3 réunions réunissant le consortium par mois, et des échanges avec les administrations centrales – les services de la DGSCGC – et les parties prenantes des sites ayant accueilli les expérimentations – Avignon Université, Zone Industrielle du Havre, Port Jérôme et Cannes) ont permis de tester divers outils d’alerte et de recueillir les avis des usagers, tout en écoutant les besoins d’acteurs publics et privés.

La plateforme qui a servi de support à ce projet est une version exploratoire différente de celle officiellement utilisée en Belgique (BE-Alert). De nouvelles briques technologiques ont été développées (une solution pair à- pair pour assurer l’acheminement de l’alerte en cas de coupure des réseaux de télécommunication, et une carte de l’état de l’alertabilité en France en 2020, sur les réseaux 2G/3G/4G ou la 4G uniquement). Le cadre opérationnel ou la liste des fonctionnalités idéales pour une plateforme multicanale ont aussi été envisagés, montrant la nécessité de convertir l’outil en un véritable outil d’aide à la décision, et plusieurs solutions ont été discutées durant les deux années du projet. La scénarisation et la réalisation des expérimentations en conditions réelles avec divers publics ont été délicates à cause du contexte lié à la COVID-19, mais plus de 200 participants ont tout de même « joué » sur les 4 sites, et des traits communs ont été mis en évidence (notamment la nécessité d’associer un son, un message – au contenu différent selon l’événement en jeu – et des éléments de localisation). Pour autant, il convient d’adapter le message au contexte (social, spatial) et il n’y a donc pas de message type idéal (ce qui remet en cause le pré-formatage de messages). Conformément à la réglementation, ces mises en situation doivent respecter plusieurs raisons éthiques, déontologiques et juridiques, qui ont été appliqués sur les 4 sites, et qui pourront servir de fondation à des projets futurs. La pluralité des sites d’expérimentations a par ailleurs permis de valider la solution dans des configurations proches de celles des JOP (avec plusieurs sites privés et divers sites publics ouverts), avec des populations multiculturelles, et de garantir l’industrialisation du produit, qui vient répondre à la pluralité des usages et des besoins attendus pour les JO 2024, voire même au-delà.

Ce projet était finalement très ambitieux, au regard de plusieurs verrous techniques (comment harmoniser la diffusion des messages dans le Protocole d’Alerte Commun, quels que soient les capacités réseaux d’ondes exploitées, les sites, les événements ou les supports), scientifiques (comment accroître les capacités d’action individuelles et escompter une prise de décision rapide, et comment impliquer le public dans des situations d’urgence simulées réelles?) et opérationnels (comment réduire le délai nécessaire à l’activation de l’alerte et garantir l’acheminement de l’alerte depuis une plateforme numérique, y compris en mode dégradé ?). Les résultats obtenus sont très satisfaisants pour le consortium, malgré les aléas connus pendant deux ans, et les retombées pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 restent plus que jamais d’actualité : il faut : faire de l’alerte l’un des piliers de la sécurité de cet événement planétaire ; contribuer à sauver des vies, en rendant le citoyen acteur de sa propre sécurité, et en donnant la responsabilité de l’alerte à un très grand nombre d’acteurs ; mettre en avant les savoirs français dans le domaine de l’alerte multicanale.

Productions


  • Publications

Douvinet J., Cavalière C., Bopp E., Weiss K., Emsellen K., Gisclard B., Martin G. et Coulon M., « Évaluer la perception de notifications d’alerte scénarisées dans différents contextes en France : enjeux et perspectives », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1029, mis en ligne le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/39454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.39454

Douvinet J., Vivier B., Grangeat A. et Bopp E. « État des lieux des systèmes d’alerte nationaux basés sur la localisation des individus en temps réel », L’alerte à la population /// RISQUES INFOS, La Revue des acteurs de la prévention des risques, Hors série #1, mai 2022, p. 4-6 [PDF en ligne]

Bopp E., Douvinet J. et Coulon M. « Quel potentiel d’alertabilité par CB ou par LB-SMS en France ? Premiers résultats et perspectives », L’alerte à la population /// RISQUES INFOS, La Revue des acteurs de la prévention des risques, Hors série #1, mai 2022, p. 7-9 [PDF en ligne]

Douvinet J., Cavaliere C., Emsellem K., Gisclard B., Weiss K. et Martin G. « Adapter le message d’alerte au contexte : une nécessité, mais comment faire ? », L’alerte à la population /// RISQUES INFOS, La Revue des acteurs de la prévention des risques, Hors série #1, mai 2022, p. 13-17 [PDF en ligne]

Bopp E., Évaluation et spatialisation du potentiel offert par les moyens d’alerte centrés sur la localisation des individus : Expérimentations à différentes échelles en France. Thèse de Géographie. Université d’Avignon, 2021. Français. ⟨NNT : 2021AVIG1211⟩. ⟨tel-03637612v2⟩

Bopp E., Douvinet J. 2020, « Spatial performance of location-based alerts in France », International Journal of Disaster Risk Reduction, Volume 50, November 2020, 101909, DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijdrr.2020.101909, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2212420920314114

  • Vidéo présentant le projet

Équipe scientifique

Porteur du projet


Johnny DOUVINET

Participants UMR ESPACE


Esteban BOPP
Camille CAVALIERE
Aurélien DOUSSERON
Johnny DOUVINET
Margaux DUMONTEIL
Karine EMSELLEM

Partenaires extérieurs


Thomas Belkowiche, Amélie Grangeat
(F24)

Ludovic Pinganault, Gilles Martin, Renaud Vidal
(ATRISC)

Karine Weiss, Béatrice Gisclard, Laura Roussel, Théo Jezierski
(CHROME)