SLIDE

Quels sentiers littoraux pour demain ? Analyse prospective et pluridisciplinaire de l’aménagement des sentiers côtiers en Méditerranée.
[2014-2018] porteur : S. ROBERT

Projet SLIDE

Partenaire(s) financier(s) :
Fondation de France

Période du contrat :
2014-2017 (30 mois)

Constat

Même si les sentiers littoraux sont relativement anciens, la situation évolue rapidement depuis les années 2000. Face à la dégradation des milieux due à une fréquentation anarchique des espaces naturels, des initiatives de création ou de reprise de chemins de randonnée pédestre ont été menées et sont en cours de réflexion, par des collectivités locales, des propriétaires et des gestionnaires des espaces. Parallèlement les acquisitions du Conservatoire du littoral se poursuivent, soustrayant ainsi des terrains littoraux à une possible spéculation foncière, par exemple sur la presqu’île de la Revallata. Les sentiers sont conçus, dans cette nouvelle acception, prioritairement comme des outils de canalisation des usages et de la fréquentation et comme des moyens de sensibilisation aux écosystèmes (Van Tilbeurgh et Le Dû-Biayo, 2013). L’analyse des opérations déjà menées sur les sites, ainsi que celles en cours ou en projet, doit amener une compréhension globale des potentialités et des risques liés à ces aménagements.

Dans ce contexte,  le projet  se propose  d’étudier  plusieurs parcours sur le littoral méditerranéen. Ils  présentent  des  temporalités différentes  dans leur  conception : certains existent déjà, d’autres sont en cours d’aménagement et d’autres en projets de création. Cette diversité de situations permet de confronter les expériences et de mesurer la réception de ces aménagements par les usagers, en pointant les éventuels décalages, dysfonctionnements ou pratiques en développement.

Objectifs

L’objectif central de cette étude est d’arriver à une conception partagée des chemins, ainsi qu’à des chemins partagés. Pour formuler une expertise pluridisciplinaire approfondie le projet s’appuiera sur les données déjà recueillies et les complétera par plusieurs enquêtes de terrain ciblées. Les sentiers apparaissent en effet comme un moyen de refaire du lien entre culture et nature en amenant les promeneurs au plus près des espèces naturelles et des paysages et en témoignant du modelage ancien du littoral par les activités anthropiques, dont ils permettent la lecture. Les sentiers « font parler la nature en reconstituant les différentes dynamiques naturelles et anthropiques qui en ont déterminé l’état actuel, provisoire et en constante évolution » (Kalaora, 2010 : 90). Ils sont cependant sous étudiés et sous analysés et leur potentiel en tant qu’outil de gestion du littoral reste encore à révéler.

Il s’agit donc dans ce programme d’étudier conjointement les objectifs initiaux et les finalités attendues de l’aménagement de sentiers en bordure littorale par les propriétaires et gestionnaires des sites, et les pratiques et usages effectifs de ces chemins par les usagers locaux. Cette recherche doit permettre de mesurer les rôles potentiels et effectifs des circuits de promenades dans l’évolution de la gestion littorale, et ainsi contribuer à choisir la forme qu’ils devront prendre demain. Bernard Kalaora (2010) a souligné l’importance de la prise en compte des différentes valeurs d’un site pour décider de sa destination et de la forme de sa protection et/ou sa valorisation. Il en va de même pour les sentiers, dont les valeurs sont souvent sous-estimées ou méconnues. Il semble ainsi admis que les sentiers n’ont pas de valeur en soi en milieu rural ou péri-urbain (Sahuc, 2010), mais que c’est leur utilisation qui leur confère une valeur. Nous souhaitons étudier l’idée, dans ce programme, que cette affirmation n’est pas valable pour les sentiers littoraux. Ils présentent en effet une « valeur en soi », ou une « valeur d’existence » (Maupertuis, Romani, Prunetti, 2010), celle de permettre un accès inédit à la littoralité (Fur!, Tafani, 2014) et de nouer un lien sensible au milieu. Les valeurs – affectives, paysagères, poétiques ou utilitaires – attribuées par les usagers aux sentiers doivent donc être connues des gestionnaires et faire partie intégrante de leurs stratégies d’aménagement et d’entretien, tout comme le paysage (projet Fondation de France VIPLI-Med). L’hypothèse sous-jacente, qui a commencé à être explorée dans le projet GEMILPAT, confirme cela. Les usagers des sentiers, en particulier habitants, peuvent constituer des relais pour une gestion durable et respectueuse des espaces littoraux. La compréhension de leurs modes d’attachement aux chemins est primordiale. Il s’agit de mettre en avant l’importance de ces tracés comme des cheminements qui disent la société. Qu’ils soient utilitaires, de loisirs, sportifs ou sources d’évasion, ils créent un rapport affectif certain à l’espace et permettent d’aborder de façon sensible l’évolution du rapport de nos sociétés à l’environnement (Kalaora, 2010, Sansot, 1983). Dans ce sens, notre ambition est aussi de contribuer à répondre à la question posée par Bernard Kalaora et qui n’a, à ce jour, pas encore trouvé de réponse : « comment faire du sentier un cheminement personnel plutôt qu’un instrument pédagogique de découverte ? » (2010 : 90).

Périmètres de l’étude

Ce projet s’interroge sur l’évolution des formes et des rôles des sentiers littoraux en Méditerranée au niveau de trois maillages de cheminements en Haute Corse et dans les Bouches-du-Rhône. Les territoires d’étude choisis présentent un gradient de naturalité et d’urbanité, sur des territoires présentant différents niveaux de protection mais soumis à une pression anthropique forte. Ils ont comme point commun d’être situés à proximité immédiate de communes, de tailles très différentes certes, mais leur conférant le statut de sentiers péri­ urbains.

Les espaces pressentis pour l’enquête, dont les membres de l’équipe scientifique sont spécialistes, sont répartis en trois catégories :

• Un espace très peu urbanisé, dans un territoire à dominante rurale : Presqu’île de la Revellata- baie de Calvi- Littoral de Lumio (Haute Corse).

• Un espace peu urbanisé, à proximité d’une agglomération urbaine : les îles du Frioul, Pomègues et Ratonneau (Marseille, Bouches-du-Rhône)

• Un espace très urbanisé : le sentier littoral de Carry-le-Rouet et Ensuès La Redonne (Bouches-du-Rhône, Côte bleue)

Équipe scientifique 

Melin Hélène (porteur), Maître de conférences en sociologie et anthrogologie, CLERSE (Centre Lillois d’Études et de Recherche en Sociologie et Économie), UMR 8019, Université Lille 1

Robert Samuel, Chargé de recherches en géograghie, laboratoire ESPACE (étude des structures, des processus d’adaptation et des changements de l’espace), UMR 7300, Aix-Marseille Université

Maupertuis Marie-Antoinette, Professeur d’économie, laboratoire LISA (lieux, identités, espaces et activités), UMR 6240, Université de Corse

Vuillamier Maxime, Doctorant en histoire, laboratoire LISA (lieux, identités, espaces et activités), UMR 6240, Université de Corse

Jouve Johan, Ingénieur d’études en géomatique, laboratoire LISA (lieux, identités, espaces et activités), UMR 6240, Université de Corse

Trémélo Marie-Laure, Ingénieur d’études en géomatique, laboratoire ESPACE (étude des structures, des processus d’adaptation et des changements de l’espace), UMR 7300, Aix-Marseille Université

Poli Muriel, Maître de conférences en cultures et langues régionales, laboratoire LISA (lieux, identités, espaces et activités), UMR 6240, Université de Corse

Partenaire(s)

Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC)

Fédération des offices de tourisme de Corse

Direction Régionale de la jeunesse et des Sports

Parc National des Calanques

 

(PPUP)

Les Petits Propriétaires et les SCI dans l’Urbanisation Privée du littoral : verrous ou facilitateurs de la consommation foncière ?

PPUP

Partenaire(s) financier(s) :

Période du contrat :

Constat

Équipe scientifique

Partenaire(s)

MéTer

Mémoire et territorialité : Une analyse comparative de la gestion des risques de submersion marine
[2018] porteurs : P. DIAS, A. LINDENMANN

MéTer

Partenaire(s) financier(s) :

Période du contrat :

Constat

Équipe scientifique

Partenaire(s)

(Mars2P)

Dynamique spatio-temporelle des Pratiques sur les Plages du littoral urbain de Marseille. Financement : Ville de Marseille, OHM Littoral méditerranéen

Mars2P

Partenaire(s) financier(s) :

Période du contrat :

Constat

Équipe scientifique

Partenaire(s)