Accueil > Actualités

Soutenance de thèse d’Ingrid Canovas

publié le , mis à jour le

 

Le lundi 12 décembre à 14H00 à la salle des thèses de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Ingrid Canovas soutiendra sa thèse :

"Modélisation de la montée vers un état critique de la situation de basses eaux sous forçages naturel et anthropique en région méditerranéenne"

devant un jury composé de :

M. François LAURENT, Professeur des Universités, Université du Maine, Le Mans - UMR 6590 ESO, Rapporteur
M. Pierre PECH, Professeur des Universités, Université de Paris 1 Panthéon - Sorbonne - UMR 8591 LGP, Rapporteur
M. Pierre-Gil SALVADOR, Professeur des Universités, Université de Lille - EA 4477 TVES, Rapporteur
Mme Claude COSANDEY, DR CNRS émérite, Laboratoire de Géo. Phys. P. Birot, CNRS, Examinatrice
M. Vincent MORON, Professeur des Universités, Université Aix-Marseille - CEREGE UM34 CNRS IRI, Examinateur
M. Lionel GEORGES, Directeur SMAGE des Gardons, Nîmes, Invité
Mme Sophie SAUVAGNARGUES, Professeur, École des Mines d’Alès - LGEI, Co-Directrice
M. Philippe MARTIN, Professeur des Universités, Université d’Avignon - UMR 7300 ESPACE, Co-Directeur

Résumé

L’eau et la vie sont inégalement réparties. Ceci entrave le développement des sociétés, et fait apparaître des situations de tension, dont l’intensité et la fréquence varient selon le contexte climatique, la densité des populations et donc de la demande. Avec le changement climatique en cours et la hausse des besoins en eau (dont la « réserve » à laisser aux milieux naturels), le niveau des tensions est susceptible de s’élever, et la fréquence des très basses eaux de s’accroître. Dans le sud-est de la France, l’aire soumise au climat méditerranéen est particulièrement concernée par la fragilité des ressources en eau en période estivale (une saison très
peu arrosée et une forte attractivité touristique, etc.). De plus, une modification du régime climatique (diminution des apports pluviométriques, extrêmes plus marqués, etc.) affectera nécessairement davantage les bassins alimentés par des ressources très locales, tels les cours d’eau et les bassins de vie ne bénéficiant pas de l’influence des grands fleuves allogènes à l’aire climatique méditerranéenne (Rhône, Durance, etc.).
La réflexion sur le manque ou la pénurie en eau, de qualité propre pour satisfaire les usages sur ces territoires, peut dès lors être portée sur la façon dont un tel risque se construit (succession des étapes, retentissement d’un facteur sur les autres, etc.), et sur la façon dont l’évolution des éléments structurels et des forçages extérieurs conduit ou non à s’approcher d’une situation indésirable.
La démarche engagée ici propose de décliner cette approche particulière aux basses eaux. Il s’agit alors de répondre à un triple objectif : (1) identifier et compiler au sein d’une base de données spécifique les informations essentielles pour appréhender le
phénomène ; (2) caractériser l’état moyen des basses eaux à partir de situations locales et par le biais de descripteurs statistiques robustes ; (3) déterminer les modalités de son évolution vers des états critiques. Ce travail conduit dans un premier temps au développement d’une modélisation probabiliste, laquelle est conçue pour être déployée dans différentes échelles spatiales et dans différentes temporalités. La réflexion est ensuite étendue aux modalités méthodologiques et techniques pour l’élaboration d’indicateurs analytiques et d’indices synthétiques d’évaluation de la situation de tension sur la ressource.
La démarche aboutit enfin à des outils numériques simples et intuitifs, mobilisables à des fins opérationnelles comme support d’aide à la décision pour la mise en place de mesures d’anticipation et de régulation, et transposables à tout territoire méditerra-
néen.
Mots-clés
criticité, basses eaux, climat méditerranéen, modélisation probabiliste, indicateurs statistiques, kindénogramme