Accueil > Recherche > ANRs et autres contrats

Principaux contrats en cours

publié le , mis à jour le

 

Voir Projets internationaux Afrique - Amérique du Sud Voir Projets et ANRs Régions arctiques Voir Projets nationaux

 

Liste des ANR en cours

 

ANR PUR


Polar URban centres.

Pour en savoir plus...

 

ANR HYEP


Hyperspectral imagerY for Environnemental urban Planning.

Pour en savoir plus...

 

ANR BRISK


BRidging Indigenous and Scientific Knowledge on Arctic changes : societies, vulnerabilities and adaptation.

Pour en savoir plus...

 

ANR CLASSIQUE


CLimat, Agriculture et Société SIbérienne - QUElle Evolution ?

Pour en savoir plus...

 

ANR Floodscale


Observation et modélisation multi-échelles pour la compréhension et la simulation des crues éclair.

Pour en savoir plus...

 

Programmes internationaux

 

- « Transport Oriented Modeling for urban denSification Analysis », TOMSA

Programme de coopération scientifique ECOS-Nord avec la Colombie

Partenaires : UMR ESPACE, laboratoire IMAGINE (Universidad de los Andes), UMR I3S (Université Nice Sophia Antipolis)

janv. 2015 – janv. 2019.

Pour en savoir plus...

 

- « Dynamiques paysagères en période de crise politico-militaire en Côte d’Ivoire : influences sur la disponibilité des terres agricoles et la sécurité alimentaire.

Partenaires IRD, UMR ESPACE, Universités Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) de Ouagadougou (Burkina Faso) et d’Abomey-Calavi (Bénin),

Nov 2014-nov 2017

 

- « GEOFORAFRI (Renforcement de capacités et accès aux données satellitaires pour le suivi des forêts en Afrique Centrale et de l’Ouest) ».
Programme : IRD, FFEM, REDD +, Airbus Astrium

(Partenaire) Université de Lomé (Togo), Aix-Marseille Université – CNRS ESPACE UMR 7300, IRD Résiliences UMI
Etat actuel et suivi permanent de l’évolution du couvert forestier dans la région des plateaux au Togo.
(2014) (15000 euros)

 

Programmes internationaux et ANRs Régions arctiques

 

ANR PUR : Polar URban centres

(Partenaire) (leads : WP 1 et WP4) UMR 6266 IDEES-Rouen, UMR 7533 LADYSS, UMR 7300 ESPACE, State University of Moscow (Russia), North-Eastern Federal University (Russia), University of Aberdeen (United-Kingdom), Université Laval (Canada), Université du Québec en Outaouais (Canada).

Ce projet vise à mieux cerner la ville arctique, le processus d’urbanisation et la question de l’identité des néo-résidents. Les Pôles URbains (PUR) pèsent de plus en plus dans l’organisation de l’espace circumpolaire et cela devrait se renforcer avec le développement prévisible des économies arctiques, en lien avec le réchauffement climatique. Ce projet consacré à l’étude multi-niveaux du fait urbain en Arctique, comporte deux sous-axes portant sur la ville durable et la mobilité, s’inscrit pleinement dans le défi Mobilité et systèmes urbains durables. A l’originalité de l’objet s’ajoute celle de la méthode (SIG, Analyse spatiale, Télédétection et enquêtes) incluant une volonté de comparatisme et une approche multi-niveaux.

48 mois - début : janvier 2016

(459 000 euros)

ANR CLASSIQUE : CLimat, Agriculture et Société SIbérienne - QUElle Evolution ?

(Partenaire) Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – CHCSC -, LSCE, LEGO, GAME, LGGE, M2C, Aix-Marseille Université - ESPACE et IUAR-CIRTA -.
Les changements climatiques observés en Sibérie et plus globalement dans l’Arctique, ont déjà conduit à des impacts majeurs sur l’environnement et sur les activités économiques. Si le réchauffement climatique actuel se poursuit comme prévu, ces impacts sont susceptibles d’augmenter, affectant grandement les écosystèmes, les cultures, les modes de vie et les économies. Le projet de recherche CLASSIQUE est axé sur ces questions, avec une attention particulière à l’évolution de l’agriculture et de la vulnérabilité des forêts et à la réduction du pergélisol en Sibérie. Il mobilise des climatologues, hydrologues, agronomes, démographes et spécialistes de la médiation scientifique dans un effort transdisciplinaire pour mieux quantifier (1) les changements futurs du climat et des propriétés de la végétation en Sibérie, (2) l’évolution consécutive du potentiel agricole de la région, (3) les effets démographiques et sociétaux de ces changements, et (4) les interactions et les rétroactions entre ces évolutions.

48 mois + 12 mois - début : mars 2011

(799 883 euros) ANR-10-CEPL-0012.

ANR BRISK : BRidging Indigenous and Scientific Knowledge on Arctic changes : societies, vulnerabilities and adaptation

(Partenaire) Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – CEARC – CEMOTEV - Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), UNESCO, LMD Laboratoire de Météorologie Dynamique.
Bridging Indigenous and Scientific Knowledge about Global Change in the Arctic. Building synergies between scientific and indigenous knowledge about Global Change in the Arctic by elaborating cutting-edge transdisciplinary methodologies to better understand the vulnerabilities and adaptive capacities of Arctic societies and environments. Assess environmental, economic, political and social impacts. This innovative transdisciplinary approach (associating indigenous knowledge holders, climatologists, geographers, ecologists and anthropologists) is based on the complementary nature of indigenous and scientific knowledge. The project combines micro and macro-scale approaches through its engagement with partners at international, national, regional and local levels. The BRISK project elaborates cutting-edge interdisciplinary and transdisciplinary methodologies and tools to build synergies between scientific and indigenous knowledge on climate and global changes in the Arctic. The objective is to enable innovative assessments of environmental, economic, political and social impacts, vulnerabilities, and adaptive strategies. It contributes to bridging the gaps between natural and social sciences, between science and indigenous knowledge, and between indigenous community, the research community and policy-makers.

36 mois + 12 mois - début : janvier 2013

(489 998 euros) ANR-12-SENV-0005

 

- FMSH-RGNF : Le paysage dans la mémoire narrative : réalité, image, modélisation
Co-porteur du programme : Aix-Marseille Université - CNRS ESPACE UMR 7300, North Eastern Federal University, Russia

2015 - 12 mois

(FMSH : 2500 euros RGNF : 350 000 roubles)

- RSF OTOLAND : Landscape Ontology : Semantic, Semiotic, and Geographic Modelling
Porteur du programme : Aix-Marseille Université - CNRS ESPACE UMR 7300, North-Eastern Federal University, Russia

An identification of prospects and priority directions of development of further research in the Russian. Arctic is connected with the understanding of the historical processes associated with the study and development of the Arctic. Trends of socio-economic development of the territory cannot be understood without accounting and analysis of natural, historical and socio-cultural and economic processes. The study of spatial-temporal features of the settlement and economic development of Arctic regions of Russia is aimed at mapping the territory as an integral natural-historical-cultural space. Identifying the ontological characteristics of the landscape with the use of linguistic and mental representation and modern information technologies will allow to determine the integrity of the "painting" of the surrounding space, its conceptualisation and representation in the dynamics of its development and co-evolution of man-environment.

36 mois - début : septembre 2015

(24 000 000 roubles) Reference : 15-18-20047

- UE FP-7 IRSES POLARIS : Cultural and Natural Heritage in Arctic and Sub-Antarctic Regions for a Cross- Cultural and Sustainable Valorisation Process and Tourism Development : Siberia, Lapland and Patagonia.

Partenaires : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – CEARC – CEMOTEV - (UVSQ, France), North-Eastern Federal University (NEFU, Russia), Kaunas University of Technology (KTU, Lithuania), Southern Patagonia National University (UNPA, Argentine), Aix-Marseille Université - CNRS ESPACE UMR 7300, University of Lapland (Finland)

This project intends to undertake a comparative study of three different regions : Siberia (Russia), Lapland (Sweden) and Patagonia (Argentina). These regions have a series of common features as regards their natural and cultural heritage, and are destined to experience similar changes due to the global warming and globalisation processes. The protection and the promotion of cultures, territories and heritages strengthen a socio-economic development process for local communities. Such sustainable valorisation should generate high level know-how and good practices that can be transferred to specific territories with national and international protection (National Park, National Reserves, UNESCO labels, etc.). Huge natural spaces in Arctic and Sub-Antarctic regions get specific attention from international community (UN and EU) due to current global warming and the impacts of climate change on cultures and territories. These regions have fragile ecosystems that can be rapidly damaged by mass tourism or by a not well-controlled development strategy implemented by public institutions or private companies. This project aims at studying these extreme regions, training professionals working in public administrations in order to improve their educational background, and students with postgraduate curricula linked to tourism, geography, natural heritage, politics and social economics. Cross-cultural training transfers and valorisation processes applied to the fields of tourism studies and the tourism industries, as well as cultural heritage and regional development of territories will be offered. Long term sustainable actions will be implemented at international level, such as an International Network of Regional Tourism Observatories and e-Learning platform to diffuse collected data, surveys and pedagogical materials.

48 mois - début : mars 2013

(327 900 euros) Project reference : 318974

 

Programmes nationaux

 

- ANR HYEP

Hyperspectral imagerY for Environmental urban Planning

Partenaire (Lead : WP1) LIVE UMR 7362, ESPACE UMR 7300, GEODE UMR 5602, Institut Polytechnique de Bordeaux, GIPSA, ONERA, IGN, Aleksandras Stulginskis University (Lithuania).

World population gathers in urban areas restructuring at the local and regional levels the urban territories. These spaces are characterized by paradoxical process on the one hand a sprawl at the expense of natural and agricultural ecosystems and on the other hand a densification of the urban fabric. These combined processes have impacted the climate characteristics of local and regional scales (Shafri et al. 2012), as well as biotic and abiotic processes (Voogt and Oki, 2003). Needs for more information followed these developments, reinforced by the emergence of logics of sustainable development at different spatial scales. Current satellite data provide limited information, features urban complicating their use, by the strong internal dynamic, spatial heterogeneity of the elements, geometric shapes (horizontal and vertical), variety of materials and presence of shadow. Mapping of surfaces, state of vegetation, follow-up of the ageing of materials, characterization of plant biodiversity (Miller & Small, 2003) covering strong fields of investigation.

48 mois - début : décembre 2014

505 484 euros) ANR-14-CE22-0016

 

- ANR FLOODSCALE

Porteur Irstea Lyon-Villeurbanne, Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique – Coordination : Isabelle BRAUD
Partenaires : – Laboratoire d’Etudes des Transferts en Hydrologie et Environnement (LTHE), Grenoble – HydroSciences (HSM), Montpellier – UMR Étude des Structures, des Processus d’Adaptation et des Changements de l’Espace (ESPACE), Antenne cévenole.

Le projet FloodScale est une contribution au programme international HyMeX (Hydrological Cycle in the Mediterranean Experiment). Il a pour objectif d’améliorer la compréhension et la simulation des processus hydrologiques conduisant à des crues éclair, qui sont l’un des risques naturels les plus destructeurs, notamment en région Méditerranéenne.

Les travaux ont été menés dans deux grands bassins méditerranéens (les bassins du Gard et de l’Ardèche) dans le cadre de l’Observatoire OHM-CV et du programme international HyMeX. La variabilité spatiale et temporelle de la pluie, des caractéristiques des paysages, de l’humidité des sols est reconnue comme un facteur important influant sur la génération de crues éclairs. Cependant, la quantification et le rôle de leurs variabilités à différentes échelles restent des questions de recherche ouvertes. La compréhension des crues éclairs constitue un défi métrologique puisqu’elle requiert des observations à des échelles spatiales et temporelles très fines (1 km2, 5min), mais aussi sur de très vastes régions. A titre d’illustration, l’épisode de Septembre 2002 sur le Gard a concerné une superficie de 5000 km2, mais la moitié des victimes ont été répertoriées sur des bassins dont la taille était inférieure à 20 km2. Les crues éclairs sont très difficiles à observer à l’aide des réseaux opérationnels de pluviographes et de stations de jaugeage des débits. Il a été montré que les radars hydrométéorologiques apportaient une information particulièrement intéressante pour caractériser la variabilité spatio-temporelle des précipitations, bien que l’interprétation du signal radar reste encore difficile dans des terrains complexes (topographie) et/ou dans les zones urbanisées, qui sont les plus affectées par ce type d’épisodes. Jauger les rivières en crue avec les méthodes traditionnelles est aussi un défi en raison des difficultés pratiques et des problèmes de sécurité des opérateurs.
FloodScale s’appuie sur le concept d’Observatoire Hydrométéorologique (OH) qui a été promu en France depuis 2002 avec la création de l’Observatoire Hydrométéorologique Cévennes-Vivarais (OHM-CV). L’observatoire a pour but de i) réaliser, dans une région sujette au crue éclair et bien instrumentée, en l’occurrence la région Cévennes-Vivarais, des observations hydrométéorologiques détaillées sur le long terme, s’appuyant à la fois sur les réseaux opérationnels et de l’instrumentation de recherche ; ii) de réaliser des retours d’expérience après les épisodes les plus extrêmes, quelle que soit leur localisation dans la zone méditerranéenne afin de documenter à la fois les processus physiques et les facteurs sociaux associés à de tels événements. Pour progresser dans la modélisation des crues éclairs, deux questions fondamentales en hydrologie doivent être abordées : (i) la question du changement d’échelle ou comment transférer des connaissances acquises à une échelle à une autre échelle ; (ii) la question de la prévision en bassins non jaugés, afin de définir le risque en tout point du territoire.

FloodScale aborde ces questions en combinant des observations et des modélisations multi-échelles en s’appuyant sur l’instrumentation de sous-bassins emboîtés couvrant les échelles suivantes : (i) l’échelle du versant où on peut aborder la compréhension des processus de génération et concentration du ruissellement ; (ii) l’échelle des bassins de taille petite à moyenne (1-100 km2) où l’impact de la variabilité de la structure du réseau hydrographique, de la pluie, des paysages, de l’humidité initiale peut être quantifié ; (iii) l’échelle plus large (100-1000 km2) où la prise en compte du transfert en rivière et des débordements devient importante. Le potentiel d’observations innovantes (réseaux renforcés de radars hydrométéorologiques, de disdromètres, jaugeage des rivières par mesures sans contact, réseaux denses de limnimètres, images satellites très haute résolution, modèles numériques de terrain obtenus par lidar..) à différentes échelles, venant en complément de mesures plus traditionnelles sera évalué dans le projet. FloodScale favorise aussi la mise en commun de différents types de mesures sur les mêmes versants/bassins (humidité des sols, mesures d’infiltration, géophysique, géochimie, géomorphologie, description de la végétation, jaugeage des rivières…) afin de renforcer le potentiel pour comprendre les processus hydrologiques actifs pendant et entre les crues.

48 mois - janvier 2012-décembre 2015
987 372 euros.

http://floodscale.irstea.fr/

 

- Vegetation and Environment monitoring on a New Micro Satellite.

Programme : CNES - Israeli Space Agency VENUS.

Partenaires : Aix-Marseille Université – CNRS ESPACE UMR 7300, IRD Résiliences UMI.

By 2016, the Venµs mission will offer a revisit period of 2 days and a 10 m spatial resolution over 100 sites. These features will allow the scientists to monitor the spatial and temporal variability of vegetation functioning with an unprecedented time sampling, thus allowing them new insights in land surface functioning. It is expected that this will lead for instance to major improvements to the process models and to the definition of new indicators for enhanced environmental policies, making them ready for operational uses with Sentinel-2 and other EO missions. The aim of Venµs is also to help prepare the specifications of the next generation of missions dedicated to land surface monitoring.

2015-2016 (début : novembre 2015).

 

- CNES TOSCA : URBHYP - spécifications de la thématique Ecosystèmes urbains pour la mission HYPXIM

(Co-porteur du programme) LIVE UMR 7362, ESPACE UMR 7300, GEODE UMR 5602, Institut Polytechnique de Bordeaux, ONERA, IGN

Le TOSCA a recommandé au CNES d’étudier l’intérêt sur un horizon long terme d’un système spectro-imageur hyperspectral pour des missions exigeantes vis-à-vis de la reconnaissance de signatures spectrales comme le suivi de phénomènes littoraux (bathymétrie, reconnaissance des algues et des matières en suspension, etc.), l’étude des sols, la cartographie géologique et la surveillance de la végétation (notamment dans les zones arides). Afin de répondre à cette demande, le CNES a créé un groupe de travail dont l’objet a été de rassembler et de synthétiser les applications de l’imagerie hyperspectrale, dans les domaines de la Science et de la Défense. Ce groupe de travail (Groupe de Synthèse Hyperspectral, GSH) a réuni dix-huit représentants de la communauté nationale publique et privée, civile et de défense. La cohérence avec le volet Défense a été assurée via le Groupe de Travail HyperSpectral Défense (GTHS Défense) ouvert par l’EMA. Ce groupe de travail a montré l’importance de ce type d’observations pour de nombreuses thématiques telles que les géosciences, les sciences de la Terre solide, les écosystèmes côtiers et lacustres, la végétation, les milieux urbains, l’atmosphère et la Défense (concept 1ère capacité et capacité nominale).

2014 (12 mois) (50 000 euros) 2015 (12 mois) (50 000 euros)

 

- Projet VIPLI-Med, « Intégrer une connaissance de la VIsibilité et des représentations du Paysage pour la gestion et la planification de l’espace en zone côtière. Analyse spatiale et approche socio-culturelle sur trois LIttoraux MEDiterranéens »

Programme de la Fondation de France

Partenaires : UMR ESPACE, UMR LISA

octobre 2012 - octobre 2015.

 

- Projet « Relations Pression-Etat de l’environnement marin »

Programme de recherche avec l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse

Partenaire : UMR ESPACE

2012-2015

 

- Projet « Outils innovants pour une gestion concertée des forêts : de la superposition des usages au projet territorial » OUI-GEF.

PSDR4, PROGRAMME « POUR ET SUR LE DEVELOPPEMENT REGIONAL »,
Le projet propose d’accompagner des outils de connaissance innovants sur la gestion forestière, aujourd’hui disponibles ou en émergence, pour développer les interactions entre acteurs de la filière et acteurs des territoires. Il s’agit d’améliorer interactivement ces outils et le fonctionnement du système forêt-territoire susceptible de les mettre en oeuvre, pour permettre à l’ensemble des acteurs de construire un projet territorial concerté sur la forêt, dans le cadre du développement durable et de la transition énergétique.

Programme de recherche national piloté par l’IRSTEA et l’INRA, avec une déclinaison régionale (Rhône-Alpes).

Partenaires : IRSTEA, UMR ESPACE, UMR EDYTEM, ONF, CRPF RA, PNR Chartreuse, PNR Bauges, PNR Pilat, COMCOM Pays du Grésivaudan, COMCOM Coeur de Savoie, COMCOM Chambaran, Chambéry Métropole, Communes Forestières.

2015-2019

 
- Projet « OPTIDENS : Optimiser la répartition des densités de population pour des villes plus durables »

PREDIT 4 GO 6 Politiques de transport
« Crise, Évolution des modes de vie, Mobilité et Politiques de Transport »
Subvention 13-MT-GO6-3-CVS-003
2013-2016
Responsables scientifiques : Cyrille Genre-Grandpierre, Philippe Michelon
Participants : Alena Melnikava, Sophia Bouchet, Zied Habtoul

Mots-clés : forme urbaine, optimisation, densité, accessibilité, durabilité, simulation

Pour répondre aux problèmes posés par la dépendance à l’automobile des territoires « e-s-p-a-c-é-s », le mot d’ordre des aménageurs se « résume » souvent à vouloir (re)densifier. Or, si des formes denses et compactes permettent effectivement de répondre à certaines exigences dans une perspective de durabilité (limitation de la consommation foncière, de la longueur des déplacements et des réseaux techniques, etc. ), elles ne vont pas elles même sans poser problème (existence d’ilots de chaleur, pression sur l’environnement) et surtout elles ne correspondent pas, au moins sous leurs formes simples, aux attentes des citoyens (bas prix fonciers, refus de la densité et de la compacité, etc.). Ils leur préfèrent par conséquent les périphéries moins denses, mais qui offrent néanmoins de bons niveaux d’accessibilités grâce au recours à la vitesse automobile. Dans ce contexte, l’objectif du projet Optidens est de proposer un outil informatique de simulation permettant d’explorer la possibilité de formes urbaines durables répondant à des exigences multiples et parfois contradictoires.
Le constat de départ est celui du dynamisme de la forme urbaine, à la fois en termes d’extension (forme la plus visible), mais aussi de reformatage (reconstruction de la ville sur la ville). C’est ce dynamisme qui donne potentiellement de la marge de manœuvre aux aménageurs pour orienter les tissus urbains vers des formes –fonctionnement plus durables. La question est de savoir comment orienter ce dynamisme, pour qu’à un horizon temporel donné (celui d’un SCOT par exemple), la forme urbaine présente des caractéristiques propres à assurer la durabilité et permette de répondre aux exigences des différents acteurs. Avec comme point de départ les tissus urbains actuels, caractérisés par la localisation de la population, des emplois et des autres aménités urbaines (commerces, services), il s’agit de savoir quelles localisations ou relocalisations des aménités actuelles, ou à venir, peuvent permettre à la forme urbaine tout à la fois :
-  d’assurer de bons niveaux d’accessibilité à la population, aux emplois et aux autres aménités, ces hauts niveaux d’accessibilité constituant la quintessence même de la ville,
-  mais aussi de ne pas dépasser certains seuils de densité locale et de compacité
-  de respecter les règles actuelles d’urbanisme, eu égard à la constructibilité des terrains notamment
-  tout en trouvant la vitesse minimum des déplacements automobiles permettant de satisfaire toutes les contraintes, dans une logique de lutte contre la dépendance automobile.
Il s’agit donc d’explorer la possibilité d’une ville, lente, accessible, répondant à des exigences multiples.
Le logiciel proposé est basé sur le couplage original entre un Système d’Information Géographique et des méthodes d’optimisation issues de la Recherche Opérationnelle. Il permet à l’utilisateur de formuler des contraintes que la forme urbaine doit vérifier (niveaux d’accessibilité, de densité, etc.) et d’indiquer la marge de manœuvre qu’il se donne pour transformer les territoires (pourcentage possible de relocalisation des aménités, limitations plus ou moins fortes des (re)localisations). Optidens trouve alors, si elle existe, la forme urbaine vérifiant les contraintes et la vitesse minimum conséquente (ou pourcentage d’évolution des vitesses actuelles). La logique d’Optidens est donc exploratoire. Il permet d’explorer les possibles et leurs conditions de faisabilité, et non de proposer LA forme optimale. Il est un outil opérationnel, en phase de test en milieu professionnel, qui permet la co-construction des politiques de transport et d’urbanisme et plutôt que d’envisager, comme c’est plus habituellement le cas, l’effet de l’une sur l’autre.