Action C1. Transfert des connaissances territoriales complexes

Slider

Transfert des connaissances territoriales complexes

La recherche proposée s’intéresse à la chaîne de réflexion allant de la (co)production à la (co)diffusion puis à la perception, réception et appropriation des connaissances territoriales complexes. Elle s’appuie sur les travaux autour des « territoires de la participation ».

Présentation

Cette recherche s’inscrit dans le contexte général des bouleversements de l’élaboration des connaissances géographiques, notamment dans l’aide à la décision et dans la réflexion critique qui y fait suite.
Il s’agit d’une réflexion critique sur nos propres pratiques en analyse spatiale, nos propres méthodes pour aller vers plus d’opérationnalité et d’interactions avec les différents acteurs. TACTIC propose donc une « introspection de l’intérieur » par rapport aux pratiques et aux démarches d’une communauté, dont nous connaissons largement les ressorts, les manques et les atouts ;

Notre objectif porte sur une chaîne de construction de connaissances (de l’élaboration à l’utilisation), de manières transversale et globale et non sur une étape particulière de l’analyse (information géographique, produits de communication).

Nous appelons connaissance territoriale complexe, les savoirs et savoir-faire, savants ou vernaculaires, qui expriment des caractéristiques et fonctionnements spatiaux et des interactions socio-environnementales complexes. Dans ce cadre, les outils d’analyse spatiale sollicités aident à simplifier, comprendre, modéliser, souvent en élaborant des chaînes de traitements multidimensionnels. Lors des différentes étapes du transfert de connaissance sur ces territoires (production, diffusion, utilisation), quels sont les places et rôles des démarches d’analyse spatiale (co-construites ou pas) : quels atouts, quelles limites, quels effets pervers, quelles complémentarités, quelles portées, quelles utilités ?

Nous intégrons une approche très utilisée dans le partage du savoir social : la théorie des représentations sociales. Nous proposons d’analyser la dynamique sociale (des enjeux de pouvoir, des conflits intergroupes) à partir de la circulation d’information. Fondamentalement, cette circulation se fait entre une sphère où les connaissances sont formelles et abstraites et les rôles formalisés (univers réifié) et une autre sphère où les connaissances sont plus concrètes, localement ancrées, échangées d’une façon plus informelle, où aucun rôle n’est établi au départ (univers consensuel). Le premier univers correspondrait à celui des connaissances scientifiques, le second aux connaissances vernaculaires. L’avantage de cette approche est d’axer le travail sur les interactions et les échanges entre ces connaissances savantes et populaires.
L’objectif est ici de travailler sur le transfert de la connaissance complexe ─ créée ou non dans une interface entre les savoirs scientifiques / localement développés des territoires, selon trois niveaux :

  • La (Co-)production de connaissance complexe notamment grâce aux outils de l’analyse spatiale
  • Les (Co-)représentation / diffusion de connaissance, grâce aux outils de l’analyse spatiale
  • Les (Co-)réception / perception / appropriation de la connaissance

Coordinateurs

K. Emsellem, N. Dubus