Présentation


Présentation

Depuis sa création en 1997, l’UMR ESPACE (CNRS, Université Nice Sophia-Antipolis, Aix-Marseille Université et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) étudie les structures, les processus d’adaptation et les changements de l’espace géographique. Elle positionne ses travaux dans le domaine de la Géographie Théorique et Quantitative et plus spécifiquement de l’Analyse Spatiale, tout en pratiquant une recherche interdisciplinaire en interne ou avec des partenaires extérieurs. ESPACE produit des résultats scientifiques marquants sur des terrains d’études en France comme à l’étranger, avec toutefois une spécificité méditerranéenne.

Le laboratoire se positionne au carrefour entre, d’une part, des sciences de l’homme et de la société qui privilégieraient des analyses descriptives essentiellement basées sur l’observation locale, et, d’autre part, des sciences exactes ou expérimentales qui ne pratiqueraient que des modélisations dures, hors contexte géographique, sur des problèmes simplifiés. Dans le premier cas, le risque est d’obtenir un résultat de portée locale, dans l’autre, un résultat spécifique à la méthodologie proposée. Dans l’interstice, ESPACE cherche à dégager des modèles spatiaux (des régularités, voire des lois) et à maîtriser au maximum la transposabilité des concepts à d’autres contextes et espaces géographiques.

ESPACE s’est progressivement détaché des dichotomies ville/rural, social/naturel, humain/physique, qualitatif/quantitatif, sujet/objet, perception/faits, description/mesure, monographies/lois, déclarations/observations pour considérer l’espace géographique dans sa globalité et sa multiplicité. Les recherches proposées appréhendent l’Homme dans son Environnement et leurs interactions. Les méthodes d’analyse et les modèles développés au sein du laboratoire considèrent les territoires comme des systèmes complexes, au sens fort du terme, c’est-à-dire des objets géographiques composés d’entités en interrelation, pour lesquels l’attention doit être portée sur le tout, ses parties et particulièrement ses interactions. Au sein de ces systèmes, les échelles et les modes de représentation, les niveaux d’observation, les granularités spatiales, mais aussi les formes, les fonctionnements et les rétro/interactions sont au cœur des questionnements.

Les membres du laboratoire ESPACE développent des recherches qui s’organisent autour de 3 axes :
Un axe « Complexité spatiale et trajectoire des territoires », intégrant trois actions :

  • Littoral méditerranéen : entre opportunités et contraintes
  • Complexité urbaine et réseaux : morphologie, modélisation, multiplexité, métamorphose
  • Trajectoires de la zone critique des territoires méditerranéens

Un axe « Méthodologie des spatialités », comprenant quatre actions :

  • Référentiel de l’observation statistique et spatiale
  • Dynamique du changement spatiale
  • Analyse spatiale basée sur l’imagerie géographique
  • Données géographiques massives : modélisation et intelligence artificielle

Un axe « Transition écologique, savoirs et innovation », dans lequel s’inscrivent trois actions :

  • Transfert des connaissances territoriales complexes
  • Innovation, outils numériques et risques environnementaux
  • Espace et santé : interactions, potentiels et modélisation

L’UMR ESPACE dépend de 4 tutelles :

Quelques chiffres…

Les membres de l’unité de recherche au premier janvier 2018 :

  • Enseignants-chercheurs permanents : 29
  • Chercheurs CNRS : 4
  • Personnels d’Accompagnement de la Recherche (PARs) : 16
  • Doctorants : 28
  • Professeurs et directeurs de recherche émérites : 5